^

Politique

5 000 manifestant-e-s déterminé-e-s

La manif anti-Macron cassée en 2 par la police avant Bastille

Bon enfant mais très déterminée. La manifestation du front social est partie après une série de prises de paroles de République. Mais c’est trop de manifester contre le président banquier élu, semble-t-il, puisque les flics viennent de casser le cortège en deux alors qu’il n’est pas encore arrivé à Bastille.

Sans doute, plus de 5 000 personnes. Des militant-e-s, des activistes, des familles avec les poussettes. C’est dans une ambiance très bon enfant mais en même temps très combative, que s’est tenu le rassemblement à République du Front social à 14h avec des représentants de plusieurs équipes syndicales, dont SUD92 activités postales, CGT InfoCom, CGT Energie 75, CGT Goodyear, CGT CHRU de Lille, entre autres, avec plusieurs collectifs et organisations, dont Droits Devant, la Compagnie Jolie Môme, DAL et le NPA.

Au cours des prises de paroles, les intervenants sont revenus sur la date du 10 juin, cadre d’une grande AG du Front social. Pour ce qui est des organisations syndicales qui ont pu souligner que si Le Pen était le pire ennemi des travailleurs, et que Macron n’était pas notre candidat, Gael Quirante a répondu : « Et bien chiche, battons- nous ».

Le rassemblement s’est par la suite transformé en manifestation comme prévu en se dirigeant vers Bastille. Le solide encadrement des forces de répression laissait bien voir que les flics, de celui qui est encore locataire et de celui qui n’est pas encore, étaient bien la pour provoquer. C’est ce qui vient d’avoir lieu peu avant Bastille puisque la manifestation vient d’être coupée en 2 et que des premières grenades lacrymogènes ont été lancées dans la foule.

Après ces moments de vives tensions, le cortège a pu se recompacter et reprendre son chemin en direction de Bastille où après des dernières prises de parole la dispersion est en train de se réaliser.




Mots-clés

Front Social   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique