Notre classe

Après 5 jours de grève

Latécoère. Si la grève prend fin, le mouvement continue !

Publié le 15 décembre 2015

Julian Vadis

Ce mardi, alors que les salariés de Latécoère Toulouse et Gimont (Gers) entraient dans leur 5ème jour de grève, se tenait un Conseil d’Administration. Tandis que des délégués CGT ont porté la voix des grévistes avec un texte validé par ces derniers le matin même, un rassemblement de 150 à 200 personnes - où différents représentants de boites de Toulouse et la région étaient présents - a pris forme sur le piquet. A la fin de la journée, les grévistes ont décidé de ne pas reconduire de grève dure ... mais ont voté pour la poursuite du mouvement.

Des salariés d’Airbus et de Latécoère Service étaient notamment présents sur le piquet, et les grévistes de Gimont ont rejoint leurs collègues devant le site toulousain. L’Union Départementale de la CGT a également, par la voix de sa représentante, adressé un message de soutien à la grève.

Toujours aussi remontés contre la direction, les grévistes de Latécoère, pour la plupart ouvriers, ont également vu leurs rangs grossis par la présence d’une dizaine d’employés des bureaux du site, venus apporter leur soutien à la lutte alors que se tenait, au sein de l’entreprise - et au delà, puisque la réunion se déroulait en partie à Paris via un système de visio conférence - le premier Conseil d’Administration depuis le début de la grève. Après plus de 40 ans de trêve sociale, la gestion catastrophique des nouveaux actionnaires combiné au gel des salaires - tandis que les 5 directeurs se sont récemment vu octroyé de grosses primes - a mis le feu au poudre. Les grévistes étaient déterminés à mettre la pression sur la direction, alors que les NAO ont parallèlement étaient avancées au mois de janvier.

Au sortir de la réunion, les représentants syndicaux ont indiqué que le budget 2016 de l’entreprise n’avait pas été voté, et qu’il serait revu début 2016. La direction a également fait la sourde oreille face aux revendications des grévistes, dans un mépris total, refusant ne serait ce que d’entamer les négociations sur la base d’une augmentation de 50 euros des salaires.

Réunis en assemblée générale, les salariés ont décidé de ne pas reconduire la grève "dure". Une capitulation face à la direction ? Hors de question ! Les salariés ont décidé de reprendre face aux premières difficultés financières tout en maintenant le mouvement, par un rassemblement quotidien en début de journée pour maintenir la dynamique en vue des négociations salariales de début 2016. L’objectif visé est aussi de convaincre en interne celles et ceux qui n’ont pas rejoint les premiers piquets de grève afin de massifier la contestation.

Si quatre décennies ont séparé les cinq jours de grève de décembre 2015 au précédent mouvement au sein de Latécoère Toulouse en 1972, nul doute que la trêve sera cette fois ci bien plus courte. La colère plus que légitime des salariés du groupe sous-traitant d’Airbus face au mépris patronal est toujours aussi vivace, avec une reprise de la grève à l’heure des NAO de janvier pour accroitre la pression sur la direction de Latécoère ? Réponse dans les semaines à venir ...

partager

Mots-clés