^

Notre classe

Communiqué du Front Social

Le 10, public-privé, on est là... Le 11 on continue... Le 12 on ne discute pas

Portée et propagée par le Front Social depuis des mois au nom de l’efficacité du mouvement à construire pour gagner contre Macron, l’exigence unitaire qui monte de partout et de tous les militants de toutes les organisations est devenue incontournable, au point d'être reprise maintenant par des structures confédérales.

Source

Nous nous en réjouissons, la volonté d’union est majoritaire :

Solidaires appelle toutes les composantes du mouvement social à se réunir le 4 octobre (le Front Social y participera selon les termes de la présente déclaration) ;

Des militants se sont emparés du mouvement des routiers et de la journée des retraités pour en faire l’expression du besoin d’un tous ensemble ; des mouvements d’étudiants ont décidé de leur présence à la journée d’action unitaire des retraités le 28 septembre et des structures syndicales de base en ont fait une journée interprofessionnelle ;

Les attaques sont à ce point générales que l’unité et la convergence des luttes se sont répandues comme une condition naturelle d’efficacité contre la dispersion mortelle des journées d’action saute-mouton et des mouvements isolés et sans suite.

Le 10 octobre, à l’origine journée dédiée uniquement à la Fonction publique, devient un rendez-vous pour l’expression de celles et ceux qui œuvrent à la convergence de toutes les luttes, du privé comme du public, des précaires ou des contrats aidés, des retraités comme des chômeurs, des étudiants ou des jeunes de quartiers ;

De nombreuses organisations interprofessionnelles de différentes confédérations décident d’y apparaître, pour la défense des services publics mais aussi contre le refus des ordonnances et la poursuite de l’action unitaire contre toutes les mesures anti-sociales de Macron jusqu’à satisfaction.

Il devient possible de sortir du tunnel de la division qu’avait réussi à imposer Macron pendant l’été, où des confédérations contre leurs propres adhérents avaient collaboré à la rédaction des ordonnances dédiées au seul patronat et avançaient en ordre dispersé au seul profit de leur structure propre et au détriment du plus grand nombre.

Pour que la volonté de lutte unitaire et reconductible de la base continue à être entendue, le Front Social propose :

de donner au mouvement l’objectif de gagner, donc de refuser les rendez-vous de pseudo-négociations, en particulier celui du 12 octobre qui vise à entamer de nouvelles attaques après les ordonnances ;

de faire progresser les convergence des actions, des luttes et des grèves pour faire échec à la politique de Macron ; cette unité pour agir ensemble doit être placée partout sous contrôle de toutes et tous dans leurs AG, réunions et collectifs divers réunissant toutes les structures du mouvement social qui veulent mettre en échec la politique de Macron ;

de faire du 10 octobre une journée interprofessionnelle pour les services publics, contre l’austérité budgétaire et pour l’augmentation des salaires, pour le retrait de la loi El Khomri et des ordonnances Macron ;

de faire du cortège interprofessionnel le principe même de cette manifestation

de défendre comme suite au 10 octobre et comme moyen collectif d’action la grève reconductible et d’assurer la convergence des mouvements grévistes par la revendication qui assure l’unité, le retrait des ordonnances et de la politique de destruction sociale de Macron ;

de lier le mouvement social à construire à celui contre l’état d’urgence permanent et la répression sous toutes ses formes ;

de créer ainsi les conditions d’une grève générale qui bloque l’économie ; toute l’histoire du mouvement ouvrier le prouve, c’est la seule méthode pour passer à la contre-offensive et gagner ;

de multiplier les initiatives unitaires et d’assurer la multiplication des collectifs Front Social comme garantie de l’unité et de la reconduction.

Réunion de coordination du Front Social, le 30 septembre 2017




Mots-clés

Front Social   /    Grève   /    Notre classe