^

Notre classe

Avant de rejoindre les routiers ce lundi

Le 21, portuaires et dockers bloquaient le port de Rouen, tel un avertissement

Jeudi 21 septembre, jour de mobilisation nationale contre Macron et ses ordonnances, les travailleurs ont opté pour des actions de blocage de l’économie dans plusieurs régions : pendant qu’à Valenciennes, les manifestants ont entrepris de bloquer la circulation des trains de marchandises, dans la région de Rouen, portuaires et dockers ont mené une action de blocage du port maritime. Pour eux, il s’agit d’un avertissement au gouvernement, dans le but de montrer la capacité de paralysie de l’économie des travailleurs. Nous relayons ci-dessous le témoignage d’un correspondant sur place.

« Afin de s’opposer aux ordonnances mettant en place la loi Macron liquidatrice du code du travail et de l’ensemble des acquis sociaux, le jeudi 21 septembre, les Camarades Portuaires du Grand Port Maritime de Rouen, à l’appel de leur syndicat CGT, ont décidé de frapper un grand coup. Ils ont procédé au blocage économique de la zone portuaire et cela dès 5h30 du matin. Avec l’appui d’autres camarades dockers, salariés de la Chapelle DARBLAY, l’UL de Grand Couronnes entre autres, des barrages ont été dressés sur cinq points stratégiques, empêchant l’accès au boulevard maritime rive gauche à tous les véhicules. Cette action avait pour but d’interrompre les activités du terminal pétrolier Rubis, du groupe céréalier Beuzelin, de l’entreprise de manutention Sea Invest et de nombreuses entreprises de transport routier. Les barrages ont été levés à 10 heures et nous nous sommes ensuite tous dirigés en cortège en direction du Cours Clémenceau, pour prendre part au cortège de la manifestation et montrer ainsi que nous sommes bien présents et déterminés à faire reculer le gouvernement et demander la suppression totale de cette loi XXL. Les travailleurs portuaires que nous sommes nous n’accepterons jamais de voir notre Convention Collective être remise en cause par cette loi, sachant qu’elle est issue des 2 dernières réformes portuaires 1992 et 2008. »

Les travailleurs de la région rouennaise n’entendent pas en rester là et se sont donné rendez-vous ce lundi 25 septembre à l’aube pour soutenir les routiers en grève reconductible, au blocage du terminal pétrolier Rubis à Grand-Quevilly. Cette mobilisation, qui rappelle les meilleurs moments de la mobilisation de 2016, mérite la solidarité la plus large. Un soutien d’autant plus nécessaire que le gouvernement a déjà pris les devants en publiant ce samedi un arrêté permettant de déroger aux règles de temps de conduite des transporteurs d’hydrocarbures, avec l’autorisation d’un dépassement de la durée de conduite journalière de deux heures. Face à cette atteinte au droit de grève des routiers, nous refusons les discours habituels de criminalisation du mouvement social et invitons les usagers et travailleurs de tous secteurs à se solidariser largement, par la grève et le soutien sur les piquets.





Mots-clés

Routiers   /    Rouen   /    Grève   /    Notre classe