Société

Accord conclu

Le BHV-Marais ouvre la voie à la généralisation du travail dominical

Publié le 19 mai 2016

Huit mois après la promulgation de la loi Macron, le BHV-marais sera en juillet le premier grand magasin à pouvoir mettre en oeuvre un accord pour trois ans sur l’ouverture dominicale. Les Galeries Lafayette dont le projet d’accord a été rejeté par les syndicats début mai pourraient alors s’inspirer de celui signé par le BHV pour les prochaines négociations. Cet accord signé par la direction du BHV-marais avec les syndicats ouvre la voie à généralisation du travail le dimanche.

Au BHV-marais, filiale du groupe Galerie Lafayette, la pilule sur le travail le dimanche est passée d’autant plus vite que le patronat de ce grand magasin, aux assises solides, partait gagnant, notamment au regard du peu de contestation dans son enseigne, pour faire passer un accord avec l’ensemble du contenu qu’il espérait y mettre.

La direction du grand magasin s’est appuyée sur la loi Macron qui permet l’ouverture des magasins les dimanches dans certaines zones sous réserve de la conclusion d’un accord (volontariat, rémunération, aide à la garde d’enfant). Ainsi, l’accord du BHV -conclu pour trois ans- prévoit un plafond de 15 dimanches travaillés par an (majorés de 100%, c’est-à-dire payés double, et assortis d’une récupération) pour les salariés travaillant habituellement la semaine. Pour ceux de fin de semaine (environ 150 embauches prévues), les 15 premiers dimanches seront majorés de 100%, les suivants de 50%, sans récupération.

Les syndicats, SUD-Solidaires BHV, CFTC BHV, au départ hostiles à cet accord, ont fini par le signer. François Le Menuet (SUD-solidaires BHV) a expliqué ce changement de position du syndicat par la volonté de « négocier au mieux pour les salariés » face à une évolution à laquelle « on ne va pas échapper ». La CGT a perdu rapidement le soutien de la CFTC, qui a fait savoir qu’elle ne mettrait pas son veto au texte, et n’a pu, à elle seule, empêcher la signature de l’accord. C’est le fameux « dialogue social », suivi par les syndicats, ainsi que le peu de mobilisation chez les salariés, qui a permis à cet accord, avec un contenu si offensif, de passer sans difficultés.

Le BHV-Marais deviendra ainsi le premier grand magasin à ouvrir tous les dimanches depuis la promulgation de la loi Macron en août 2015. Cette semaine des négociations sur l’accord rejeté aux Galeries Lafayette réouvrent. La direction est bien sûr déterminée à faire ouvrir également ses portes le dimanche, en s’appuyant notamment sur la baisse de la fréquentation suite aux attentats. Ainsi, il est très probable que l’accord signé au BHV-marais serve d’appui et de modèle pour la direction des Galeries Lafayette.

L’opération macronisation est en marche dans tous les secteurs. D’expérience, seule la résistance au sein des travailleurs, soutenus par les syndicats de luttes, peut faire reculer la direction qui ne craint que la réaction de ses employé.es et la possibilité qu’ils arrêtent de faire avancer ou fonctionner la machine. Si l’opération macronisation suivi de l’assaut El Khomri sont lancés, les travailleur.es aussi : ils le démontrent depuis deux mois en descendant dans la rue contre la loi Travail, par des départs en grève, en exprimant leur solidarité les uns envers les autres, d’un secteur à l’autre. Les travailleurs s’organisent, lentement mais sûrement.