Jeunesse

Le CROUS affame les étudiant-e-s

Publié le 30 septembre 2016

Nous sommes le 1er octobre au matin, et une grosse partie des étudiant-e-s bénéficiant de bourses sur critères sociaux n’ont toujours pas perçu leurs bourses de septembre. Une situation de grande précarité donc, alors que le prix de l’enseignement supérieur ne fait qu’augmenter, et que les étudiant-e-s ont bien souvent avancé le loyer de septembre, et s’apprêtent à payer celui d’octobre. Et ce n’est qu’un exemple. Le syndicat Solidaires Étudiant-e-s a donc rédigé hier ce communiqué, mettant le gouvernement devant ses responsabilités, afin de sortir de la condition misérable dans laquelle se trouve une grosse partie des étudiant-e-s.

Source : http://www.solidaires-etudiant.org/blog/2016/09/30/le-crous-affame-les-etudiant-e-s/

Depuis maintenant plusieurs semaines, les étudiant-e-s attendent le versement de leur bourse correspondant au mois de septembre. Le CROUS avait annoncé que le versement des bourses aurait du retard, cependant cela ne saurait en rien l’excuser. La bourse, malgré les montants toujours trop faibles impliqués, est un moyen de subsistance incontournable pour des centaines de milliers d’étudiant-e-s. Au 25 septembre, la tension est plus que palpable, les témoignages affluent dénonçant une situation financière, voire alimentaire, de plus en plus critique. D’autant plus que les étudiant-e-s affecté-e-s par ces retards sont issu-e-s des classes les plus modestes, et sont donc tout particulièrement dépendant-e-s des ces versements.

Le ministère ne semble pas se rendre compte de l’importance matérielle du versement des bourses en temps et en heure et semble sous-estimer la colère que cela peut provoquer. Nous exigeons que les services du CROUS soient mis en mesure d’effectuer leurs missions, et verse dans les plus bref délais les bourses.

Enfin nous exigeons que le ministère prenne des dispositions pour résoudre les problèmes de précarité étudiante :

– Des aménagements réels pour que les étudiant-e-s salarié-e-s puissent suivre leurs formations dans les meilleurs conditions possibles.

– Versement des bourses étudiantes en temps et en heure (ce que d’autres institutions comme la CAF et Pôle Emploi parviennent très bien à faire).

– Revalorisation significative des bourses au dessus du seuil de pauvreté.

– la mise en place d’un salaire socialisé.