^

Genres et Sexualités

Tribune libre. « Nous n'avons plus à subir ça »

Le coup de gueule d’une comédienne contre le harcèlement sexuel au travail

Harcèlement au travail, agressions sexuelles : tous les jours, ce sont des milliers de femmes qui doivent faire face aux moqueries, aux remarques sexistes ainsi qu'aux viols de leurs collègues de travail. Chez les comédiennes comme dans d'autres secteurs d'activités, les langues commencent à se délier. Une comédienne a voulu réagir dans nos colonnes sur ce qu'est aujourd'hui le harcèlement sexuel au travail.

Crédits photos : France 2

Facebook me demande : « Comment allez-vous ce matin ? » J’ai envie de l’ouvrir. Hier, documentaire et film sur France 2 sur le harcèlement sexuel au travail... ça m’a fait réfléchir... Non, il n’est pas normal, dans quelque métier que nous fassions, que notre collègue, patron ou autre, fasse des remarques sur notre cul, notre façon de nous habiller, de nous maquiller, (mêmes dites
« positives ») ; au bout de deux fois seulement, c’est du harcèlement sexuel. Qu’il veuille sans cesse essayer de nous embrasser. C’est une tentative d’agression sexuelle. Qu’il me mette de force sur ses genoux. Qu’il me prenne dans ses bras sans mon accord. Ce sont des agressions sexuelles. Que lui et ses autres pairs se permettent des blagues sexistes en permanence. C’est du harcèlement sexuel. Qu’il exige que je réponde dans la minute à ses textos et autres sollicitations sous peine de subir des reproches sur mon travail et sur mon engagement dans le travail que nous avons à faire ensemble, d’être « moquée » (voire pire) devant tous les autres, c’est du harcèlement. Utiliser des choses personnelles qu’on lui aurait racontées, contre nous, nous accuser de
« sensiblerie » quand on dit « non j’ai pas envie », ou « j’en ai marre d’être traitée comme ça » et dire qu’il serait temps de changer de comportement sinon on ne trouvera du travail nulle part. C’est du harcèlement sexuel.

Comme l’a très bien dit Antoine de Caunes en parlant de sa fille qui avait subi une tentative d’agression sexuelle de la part de Weinstein, nous les femmes, et encore plus les actrices, faisons des métiers qui nous mettent en danger face à certains hommes qui, parce qu’on est en demande, parce qu’on veut « plaire » (mais qui ne le veut pas ?!?!?), profitent de la situation, parce qu’ils ont le pouvoir 1) d’être un homme (d’emblée tu en as plus que moi), 2) d’être en position de décideur par rapport à moi.

STOP. Nous n’avons plus à subir ça. Comédiennes, actrices, vous n’avez pas à subir ce genre de comportement juste parce que vous voulez le rôle ou parce que vous voulez le garder. On mérite qu’on nous respecte. Il y a plein de gens biens, hommes et femmes, qui font ce métier, bossons avec eux/elles et fuyons et dénonçons ceux qui abusent et profitent de notre vulnérabilité de comédienne qui veut, tout simplement, exercer son métier. Hommes et femmes sensibles à ce message, unissons-nous ! Parlons, communiquons sur tout ce qu’on peut subir de violences, même dites "minimes", ce sont parfois les pires parce qu’invisibles. Et n’oublions pas que toute femme maltraitée physiquement a d’abord subi de toutes petites remontrances, de toutes petites violences, qui n’ont fait que grandir. Il est temps d’arrêter tout ça. Parlons-nous entre femmes, il y en a trop qui pensent qu’elles sont à l’abri, que ça n’arrive qu’aux plus « sensibles » d’entre nous. Ce n’est pas vrai. 100% des femmes ont subi du harcèlement sexuel de rue. Ne laissons pas faire. Ne sourions pas bêtement ni ne baissons la tête en accélérant le pas (c’est ce que je fais encore). Encore une fois, ce n’est pas normal. Je m’arrête mais il y a tant à dire...