Société

Nouvel arsenal répressif

Le fusil ARWEN serait-il arrivé en France ?

Publié le 6 juin 2016

Une photographie prise par Anar’ckanethym et publiée sur sa page Facebook puis reprise par Nantes Révoltée laisse sérieusement à penser que le gouvernement français expérimente l’utilisation d’un fusil à barillet (multi-coups) de 37 mm à destination du maintien de l’ordre.

SOURCE

En effet, cette arme a été vue entre les mains d’un CRS le 2 juin 2016 à Oullins, près de Lyon, lors d’une manifestation à l’occasion du déplacement d’Emmanuel Macron.

D’autres personnes affirment en avoir vu un entre les mains des policiers le 5 avril 2016 devant le commissariat de la rue de l’évangile à Paris lors d’un rassemblement de soutien à des personnes interpellées.

Tristement connue de nos compagnons québécois, l’Anti Riot Weapon ENfield 37 (ARWEN), créée en 1977 par la Royal Small Arms Factory (RSAF) britannique pour mater les émeutes en Irlande du Nord, est fabriquée depuis 2001 par l’entreprise Police Ordnance Compagny.

L’ARWEN a déjà causé de nombreuses blessures graves, et notamment celles de Maxence L. Valade, Dominique Laliberté et Alexandre Allard, blessés le 4 mai 2012 dans le cadre des mouvements étudiants à Victoriaville. Le collectif Armes à l’Oeil s’est constitué au Québec autour des blessés par cette arme pour alerter sur sa dangerosité.

Cette arme, comme l’explique en détail un article de Moïse Marcoux Chabot, peut tirer différents projectiles : des grenades de gaz lacrymogène, mais également des balles en plastique, les « bâtons cinétiques » (modèle AR-1).

Précisons que les fusils de type ARWEN ont été conçus à l’origine pour le gouvernement britannique dans le conflit l’opposant à l’Irlande du Nord, pour remplacer le L67A1 38mm Riot Gun qui tirait des balles de caoutchouc. Entre 1970 et 1975, plus de 55 000 balles de caoutchouc y avaient été tirées, causant la mort de 17 personnes, dont 8 mineurs. Les balles de caoutchouc ont aussi fait plusieurs victimes dans le conflit Israélo-Palestinien et posent de réels dangers pour la vie. Il n’est donc pas surprenant que David Cameron ait attendu au quatrième jour des graves émeutes de Londres du mois d’août 2011 avant d’autoriser l’usage de balles de caoutchouc ou de plastique sur les émeutiers.

D’ailleurs, le fusil ARWEN n’a finalement pas été adopté dans les années 1970 par le gouvernement britannique, jugé trop intimidant. Il n’a été manufacturé qu’à partir de 1983 et a été acheté d’abord par la police du Kentucky, aux États-Unis. Il est maintenant produit exclusivement par la compagnie ontarienne Police Ordnance depuis 2001. Brian Kirkey, PDG de Police Ordnance, a d’ailleurs déjà souligné le danger posé par le fusil ARWEN :

Cette arme, comme l’explique en détail un article de Moïse Marcoux Chabot, peut tirer différents projectiles : des grenades de gaz lacrymogène, mais également des balles en plastique, les « bâtons cinétiques » (modèle AR-1).L’État français semble vouloir faire escalader la situation bien au delà de ce qu’on aurait cru possible il y a deux ans.

L’État d’urgence n’est de loin pas le seul prétexte au renforcement militaire de la police. Cette tendance lourde semble être hélas dans l’air du temps et ne nous laisse pour seul choix que de se préparer à toujours pire.

La violence de l’État est sans limite. Et il n’est pas inutile de rappeler qu’elle n’a aucune excuse.

Protégeons-nous !