^

Société

Violences et agression avec arme

Le maire de Wissous attaque des gens du voyage ... au sabre

Richard Trinquier, maire de Wissous, commune située dans le département de l'Essonne, a attaqué avec son sabre Katana des gens du voyage pour éviter qu’ils vivent dans sa ville.

Ce dimanche, le maire de Wissous a été placé en garde à vue suite à une violente agression contre des gens du voyage. Armé d’un sabre japonais, d’un gilet par balle et d’une arme de poing, il a agressé des gens du voyage venus installer leurs caravanes dans la commune. Il a attaqué avec un sabre des familles.

Il était accompagné de son premier adjoint ainsi que de policiers municipaux au moment de l’agression.

Suite à ses violences, il s’est avéré que monsieur le maire avait un taux d’alcoolémie positif, ce que les médias ont évidemment mis en avant pour le dédouaner.

Ce n’est pas la première fois que le maire de Wissous, commune d’environ 7000 habitants, fait parler de lui. En 1995, suite à son premier mois de mandat, il avait armé sa police municipale de [1]. En juillet 2014, il avait interdit à deux enfants qui étaient avec leurs mères portant un voile de jouer sur la plage avec les autres enfants. Cette acte à caractère islamophobe avait par ailleurs choqué les enfants et l’association locale qui soutient les familles, et fait grand bruit dans les médias.

Aujourd’hui, le maire rajoute de nouvelles violences à son compteur, accompagné de policiers municipaux et de son adjoint. Fils du colonel Roger Trinquier, qui a combattu durant la guerre d’Algérie, été membre de l’Organisation Armée Secrète OAS et revendiquait l’utilisation de la torture, son histoire familiale est empreinte de haine et de violence.

Il a été exclu des républicains et a parrainé et soutenu au dernière élection, Nicolas Dupont Aignan puis Marine Le Pen au second tour.

Suite aux violences et menaces proférées, une enquête pour violence avec arme en état d’ivresse a été ouverte et confiée à la sûreté départementale. Il sera bon de comprendre pourquoi le maire de cette ville a pu se rendre ivre, armé avec la police municipale pour mettre en place son plan violent contre les gens du voyage.

Cerise sur le gâteau, même si on pouvait s’y attendre, l’Essonne ne remplit pas ses obligations pour l’accueil des gens du voyage, imposées par la loi Besson de 1990, ce qui entraîne des situations ou les gens du voyage sont obligés de se mettre dans l’illégalité durant leurs déplacements pour trouver des places pour leurs caravanes. Ces violences envers ces communautés sont récurrentes. Les attaques se répètent et les gens du voyage sont souvent discriminés et persécutés.

Exigeons l’arrêt des violences envers ces communautés. Les gens du voyage doivent avoir le droit de circuler librement et être accueillis dans la dignité. Stoppons les violences et les discriminations de la police et des maires qui mènent une cabale contre ces populations, n’hésitant pas à sortir les armes dans l’espoir de faire peur, voire de blesser.

Crédits photo : AFP




Mots-clés

impunité policière   /    Islamophobie   /    Violences policières   /    Extrême-droite   /    Société