^

Notre classe

Mauvais coups en plein été

Le maire de droite de Villejuif veut expulser les syndicats de la Bourse du Travail

En voilà un qui sait comment tirer profit des congés pour s’en prendre aux travailleurs et à leurs organisations. En plein été, le maire de Villejuif a saisi en référé le Tribunal Administratif de Melun pour demander l'expulsion des cinq syndicats de la Bourse du Travail. Ils ont été sommés de déguerpir début septembre…

Le maire Les Républicains de Villejuif, Franck Le Bohellec, a de curieuses idées. En fonction des moments et changeant régulièrement de discours, le maire et son équipe avancent que pour renflouer les caisses municipales ou ouvrir une école de 17 classes, il faudrait vendre la Bourse du Travail et en expulser les cinq unions locales qui s’y trouvent.

C’est d’ailleurs ce que le Tribunal Administratif de Melun a fini par valider en demandant l’expulsion sous astreinte de 200 euros par jour et une amende de 2000euros pour les cinq syndicats qui occupent des locaux mis pourtant à disposition à titre gracieux par la collectivité locale depuis des dizaines d’années.

Le Bohellec n’en est pas à sa première tentative, puisque l’affaire avait été déjà été évoquée en 2015 puis en 2016, suscitant systématiquement une levée de boucliers. Juste après son élection à la tête de la CGT, Philippe Martinez s’était rendu en personne à Villejuif pour signifier son soutien à l’ensemble des syndicats menacés.

A l’image des mauvais coups concoctés par la majorité présidentielle en plein été, c’est donc à la même période que la mairie de droite de Villejuif a décidé d’agir. Les syndicats, à qui l’on a signifié un délai de un mois depuis la décision du TA de Melun, début août, ne comptent pas reculer, et entendent bien résister. La Bourse du Travail – Maison du Peuple Gaston Monmousseau de Villejuif n’est pas la propriété de Monsieur le Maire mais des organisations des travailleurs !

[Crédit photo : 94.Citoyens.com]




Mots-clés

Philippe Martinez   /    Les Républicains   /    Syndicat   /    Répression   /    Notre classe