^

Notre classe

Des Gilets jaunes interpellent les directions syndicales

"Le rôle des syndicats, c’est de défendre ceux qui ont une carte, ou tous les travailleurs ?"

[VIDÉO] Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, on ne peut que constater que les directions syndicales ne répondent pas présentes. La CGT a juste appelé, sans les nommer, les gilets jaunes à se joindre à la manifestation du 1er décembre. Pourtant localement, des syndicats et des syndiqués ont apporté leur soutien au mouvement. Un peu partout, on constate que les gilets jaunes, appellent les syndicats à les rejoindre, et à un mouvement d’ensemble pour imposer un rapport de force au gouvernement de Macron.

Il suffit de voir les derniers sondages pour montrer la portée du mouvement des gilets jaune. 77% des sondés soutiennent le mouvement. Il est aisé lorsque l’on demande aux gilets jaunes de constater qu’il y a une réelle envie d’avancer vers un tous ensemble. Si le mouvement se dit apolitique et a-syndical, les personnes sur les barrages souhaitent bel et bien que les syndicats rejoignent le mouvement. A l’instar de la raffinerie de la Mède, près de Marseille, la jonction entre gilets jaune et gilets rouge s’est faite. Pas simplement sur le papier mais en rentrant en grève et en tenant un piquet. Aux côtés des raffineurs, ce sont près de 150 travailleurs de l’UD CGT 13 qui ont rejoint les gilets jaune, avec leur gilets rouge. On a pu constater la même chose à divers endroit comme au Havre ou à Calais.
Pour certains gilets jaune comme ceux interrogés par Ruffin dans la vidéo ci-dessous, ils ont lutté contre les lois travail 1 et 2, ils se sont confrontés à la répression des gouvernements successifs, ont combattu aux côtés des syndicats en suivant leurs stratégies. Notamment les journées saute- moutons qui ont été fatales lors des dernières mobilisations.

Ce sont ces stratégies perdantes et cette passivité, qui génèrent la colère de travailleurs. Comme cette femme qui touche 1000€/mois qui interpelle directement Philippe Martinez. Face à la politique divisionniste des directions syndicales, dont s’aperçoivent de plus en plus de travailleurs, on peut pousser à la création de comité d’action avec les syndicalistes, les ouvriers, les étudiants et l’ensemble du mouvement social afin d’arriver à la grève générale, seule façon de défaire Macron et
son monde.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Philippe Martinez   /    Intersyndicale   /    FO   /    CGT   /    Syndicat   /    Notre classe