^

Genres et Sexualités

Plafond de verre

Législatives. Les femmes candidates placées dans les circonscriptions défavorables

Le Monde a publié une analyse chiffrée portant sur le rôle qu'occupent les femmes dans les élections législatives et confirmant que la place qui est accordée à ces dernières en politique est constamment dénigrée.

Crédits photo : PIERRE ANDRIEU / AFP

L’étude publiée par Le Monde porte sur l’analyse des candidatures des quatre partis qui ont obtenu les scores les plus élevés aux présidentielles, soit la République en Marche, le Front National, les Républicains, et la France Insoumise. D’une part, elle révèle que LR est l’un des partis respectant le moins la parité hommes-femmes dans leurs candidatures, avec moins de 40 % de candidates.

D’autre part, l’étude fait une comparaison entre le placement des hommes et des femmes dans les différentes circonscriptions, classées par catégorie en fonction du score obtenu dans la circonscription au premier tour de la présidentielle en comparaison avec la moyenne nationale du parti. Se dégagent ainsi 5 types de circonscription pour chaque parti : les très défavorables (avec un score au premier tour de la présidentielle inférieur de 6 points ou plus à la moyenne nationale), les défavorables (-6 à -2 points), les moyennes (-2 à +2 points), les favorables (+2 à +6 points) et les très favorables (+6 points). Il s’avère que les candidates aux législatives de ces quatre partis se sont vues confier des circonscriptions beaucoup plus difficiles à gagner que les candidats hommes. En effet, 64 % des circonscriptions très défavorables ont été confiées aux femmes chez LR, 59% pour le FN, et 60 % pour LRM. À l’inverse, les femmes n’ont hérité que de seulement 34% des circonscriptions très favorables chez LR, 35 % au FN, 47 % pour LRM et 40 % pour FI.

Ainsi, la parité au niveau des candidatures ne se traduira évidemment pas en nombre d’élus, et les femmes seront dans ces élections comme dans toutes les précédentes, et comme traditionnellement en politique, mises de côté. Le « plafond de verre » persiste donc en politique et reste omniprésent dans tous les postes de direction en général, qu’il s’agisse des entreprises privées ou des hauts fonctionnaires. En 2015, seulement 14 % des postes de direction en France étaient occupés par des femmes. La composition de l’Assemblée nationale donne une illustration criante des liens étroits qui existent entre le monde de la politique professionnelle et la société patriarcale : avec moins de 30 % de femmes et une moyenne âge avoisinant les 60 ans, les députés n’ont jamais été représentatifs de la population.




Mots-clés

Législatives 2017   /    sexisme   /    PS   /    Les Républicains   /    Genres et Sexualités