^

Politique

Budget 2018

Les 100 Français les plus riches vont pouvoir économiser 1,5 millions d’euros grâce à Macron

Le budget 2018 venant d’être voté par l’Assemblée nationale, on sait à présent ce que les riches auront à gagner des réformes fiscales du gouvernement Macron. En effet, c’est par une conférence de presse que le sénateur PS Vincent Eblé a révélé les chiffres de Bercy que le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, aurait préféré garder secret. Et ils sont pour le moins édifiants…

La fin de l’ISF

Macron l’avait promis, le voilà effectif. L’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui n’avait de solidaire que le nom, disparaît au profit d’un nouvel impôt calculé sur la fortune immobilière. Un tour de passe-passe qui permettra aux plus fortunés d’économiser beaucoup.

Ainsi, des patrimoines immobiliers dont la valeur est estimée supérieure à 1,3 millions d’euros seront taxés d’un point de plus, passant de 0,5% à 1,5%. Un changement qui, d’après les calculs du président de la Commission des Finances à la Chambre Haute, Vincent Eblé, permettra aux 100 Français les plus riches de garder pour eux, au total, pas moins d’1 million d’euros. Toutefois, d’après les aveux même de Vincent Eblé, il ne s’agirait là que d’une estimation dans la mesure où « le patrimoine immobilier des redevables n’est pas connu avec précision ».

La fin de l’ISF est donc indéniablement un cadeau fait aux fortunes françaises, avec l’argument fallacieux derrière, avancé notamment par Bruno Le Maire, que donner plus aux riches assurera plus de miettes aux pauvres. En effet, le ministre de l’Economie prétend qu’ « en supprimant l’impôt sur la fortune sur le patrimoine financier, nous remettrons 3,2 milliards d’euros dans l’économie française ». Une rhétorique libérale qui s’évertue à faire des patrons les seuls producteurs de valeur. A l’image du pacte de responsabilité, créé en 2013 par François Hollande, il est évident que donner plus aux riches et au grand patronat, quelle que soit la forme (ISF, allègement de charges patronales…) il n’y aura pas de retombées pour les travailleurs, notamment en termes d’embauches, contrairement à ce que promet le ministre.

Mise en place du PFU

Mais les économies ne s’arrêtent pas là pour les plus aisés. En effet, l’instauration de la PFU (ou « flat-tax »), va également permettre aux 100 premières fortunes de l’Hexagone de garder pour eux, en plus, 582 380 euros par an. Ce prélèvement forfaitaire unique, à hauteur de 30% est instauré pour les revenus du capital tels que les intérêts, dividendes… Un PFU très intéressant dans la mesure où il se substitue à la taxation du capital évaluée à partir du barème de l’impôt sur le revenu, qui peut monter jusqu’à 62%. Et d’après Vincent Eblé, ce n’est pas moins de « 44% du gain total qui est capté par le 1% des ménages dont le revenu est le plus élevé ».

La fin de l’ISF combinée à l’instauration du PFU va donc permettre environ 1,5 millions d’euros d’économies a chacun des 100 ménages les plus fortunés. Des cadeaux aux riches qui font tout de même grincer des dents, jusque dans l’opposition, mais qui ont surtout fait perdre à Macron quelques points de popularité. Alors, pour arrondir les angles, et faire passer la pilule, le gouvernement n’a rien trouvé de mieux que d’alourdir la taxation des signes extérieurs de richesse (yachts, voitures de sport,…). Une mesure plus symbolique que contraignante pour les plus aisés, qui ressortiront grand gagnant de ces réformes.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique