^

Société

Les 100 euros concerneront seulement 55% de ceux qui touchent le SMIC

Le SMIC n’augmentera finalement pas, c’est la prime d’activité qui sera augmentée. Seulement 55% des bénéficiaires du SMIC seront touchés par la mesure – loin des promesses de l'exécutif qui promettait une hausse du pouvoir d'achat.

Outre la complexité technique et administrative qui pourrait largement compliquer et retarder la mise en œuvre de la mesure, il s’agit d’une nouvelle manœuvre de la part de Macron qui, incapable d’opérer la moindre concession réelle, multiplie les bidouillages techniques et les effets d’annonce pour enfumer les gilets jaunes.

La promesse était claire pourtant : « Le salaire d’un travailleur au smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019 sans qu’il en coûte un euro de plus pour l’employeur ». Pourtant, le gouvernement peine à la traduire dans les faits. La mesure qui devait permettre à Macron d’éteindre l’incendie et de calmer la colère des gilets jaunes est effectivement un casse-tête pour le gouvernement.

En effet, dans la foulée de son allocution, le gouvernement était revenu sur l’annonce de Macron – une belle fake news donc. Il n’y aurait pas d’augmentation du SMIC, pour « préserver le cout du travail » selon la Ministre du Travail Muriel Pénicaud, mais seulement une hausse de la prime d’activité. C’est en effet par la hausse du montant maximal de la prime d’activité, étendue de 3,5 millions de bénéficiaires actuellement à 5 millions, ainsi que par la baisse des cotisations salariales en 2018, que la hausse du pouvoir d’achat d’un salarié payé au SMIC augmenterait.

Face aux critiques pointant le fait que le gouvernement tentait de faire du neuf avec du vieux, les baisses des cotisations salariales et la hausse de la prime d’activités étant déjà prévues, Edouard Philippe a finalement réitéré ces annonces le 13 décembre. Il expliquait notamment que « ces 100 euros viennent s’ajouter à la baisses des cotisations mises en œuvre en 2018 ».

De nombreuses questions restaient cependant en suspens. Car le choix du levier de la prime d’activité pose un problème majeur : tous les salariés payés au SMIC n’en bénéficient pas. Soumises à des conditions de ressources très complexes, la prime d’activités prend en compte l’intégralité des revenus d’un ménage, et non seulement un salaire individuel. Ainsi, sur la période 2017-2018, seuls 40% des salariés payés au SMIC touchaient cette prime. De façon similaire pour la mesure retenue ici mais seuls 55 % des bénéficiaires du SMIC y auront droit en réalité.

Loin de répondre aux revendications des gilets jaunes, Macron les balade et les enfume une nouvelle fois. Pas un mot sur l’ISF, qui sera bel et bien maintenu, pas de hausse des retraites qui ne seront pas revalorisées, pas de hausse du SMIC.

Sur toutes ces questions proprement vitales qui concernent les gilets jaunes, et forment le début d’un programme minimum de revendications capables d’unifier le monde du travail, Macron bidouille comme il peut ; mais la réalité reste la meme : pas la moindre miette concédée sur le pouvoir d’achat.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    LREM   /    Précarité   /    Emmanuel Macron   /    Société