^

Politique

Après le 1er mai, la convergence

Les 3 et 4 mai, les cheminots, et les étudiants, Air France et les profs prennent la rue malgré la répression !

Alors que la manifestation du 1er mai a été durement réprimée dans plusieurs villes comme Paris et Rennes, les cheminots, les salariés d’Air France et les étudiants vont prendre la rue pour les 3 et 4 mai. Deux journées qui seront sous haute surveillance policière mais cela ne nous empêchera pas d’exprimer notre colère face aux attaques de Macron !

L’occasion était trop belle pour le gouvernement, après les dégâts causés lors de la manifestation du 1er mai. Collomb a expliqué que les forces de répression seront déployées de manière significative lors des prochaines journées de mobilisations.

Pourtant, ce jeudi 3 et 4 mai, les cheminots, les salariés d’Air France et les étudiants descendront dans les rues pour protester contre les attaques du gouvernement et pour faire plier la direction des travailleurs d’Air France sur leurs revendications salariales. Si le gouvernement expliquait qu’il ne voyait pas de convergence dans les luttes, ces deux prochains jours, elle sera bien là.

Pour le 14ème jour de grève, 30% de gréviste à la SNCF

La septième séquence de la grève des cheminots qui s’ouvre aujourd’hui verra 1 TGV sur 2, 1 Transilien sur 2, 2 TER sur 5, 1 Intercités sur 3 circuler. La SNCF annonce 30% de grévistes, soit le même taux que lors du 28 et 29 avril. La direction de la SNCF préfère mettre ce taux en comparaison avec celui du 24 avril, où il y avait 32% de grévistes, pour faire croire aux yeux de tous que le mouvement décline fortement.
Mais, à 5 jours des pseudos négociations avec Edouard Philippe, les cheminots restent déterminés à mettre la pression et ils pourront s’appuyer sur les salariés d’Air France pour montrer qu’ils ne sont pas isolés. Même si l’intersyndicale n’a décidé que d’appeler à un rassemblement qui devrait être rejoint par le secteur de l’éducation - étudiants et personnels du primaire au supérieur.

12ème jour de grève à Air France, une baisse du taux de gréviste mais la détermination est bien là

Les salariés d’Air France quant à eux entament aujourd’hui leur 12ème jour de grève. La mobilisation atteint son plus faible taux de grévistes. Selon la direction de la compagnie, il y aura 18,8 % des pilotes, 18 % du personnel de cabine et 10 % du personnel au sol qui seront en grève. L’intersyndicale appelle également à faire grève demain, c’est la première fois depuis février que les salariés d’Air France et les cheminots se mobilisent ensemble deux jours d’affilé. Ce 4mai est la date de clôture de la consultation salariale lancée par la direction dAirFrance mise en place afin de casser le mouvement et couper l’herbe sous les pieds de la représentation syndicale.

Par ce vote à bulletin secret, la direction de la compagnie souhaite entériner leurs propositions vis-à-vis des revendications des salariés. Les syndicats veulent une augmentation immédiate de 6%, dénoncent les conditions de travail qui se dégradent notamment liées aux suppressions d’emplois. Air France s’est délestée de 12 000 salariés en 5ans. La direction propose une augmentation générale de salaire de 7 % sur quatre ans, s’ajoutant aux augmentations individuelles. Mais, cette proposition est valable sous certaines conditions. En effet, les augmentations pourraient être nettement moindre si « le résultat d’exploitation d’Air France serait inférieur à 200 millions d’euros » ou « en cas d’inflation plus élevée ou de résultat négatif ». Une manœuvre inacceptable d’autant plus lorsque l’on sait que ce qui a déclenché le mouvement de grève est la révélation d’une augmentation de 67 % de 14 dirigeants.
Des étudiants toujours autant mobilisés face à la répression.

Les étudiants qui ont subit de plein fouet la répression viendront soutenir les travailleurs en grève dans les rues des villes du pays. Après avoir été expulsés violemment par les CRS dans plusieurs facs occupées et alors que d’autres sont menacées d’expulsion comme celle du Mirail à Toulouse, les étudiants restent tout autant mobilisés, à l’instar de la reconduction du blocage à Nanterre qui avait été délogé par les forces de répression. Les cheminots mobilisés sont côte à côte avec les étudiants comme le montre leur présence à Tolbiac ou à Toulouse.

des préavis de grève déposés "de la maternelle au supérieur"

Le Snesup-FSU, avec Sud Education, la CGT Ferc’sup et le Snasub-FSU ont d’ors et déjà déposé des préavis de grève reconductible pour les personnels des universités. Contre la loi ORE, et face à la répression, la grève fait son chemin dans l’esprit des enseignants. Et ils seront rejoints, dans la rue ce jeudi, par les enseignants du primaire et du secondaire - à l’appel du Snes notamment - pour contester l’autre pan de la sélection à l’université : la réforme du baccalauréat et du lycée.

Face à la répression, les luttes se rejoignent

Aujourd’hui, jeudi 3 mai, est un jour placé sous le signe de la convergence et de soutien entre les différents secteurs en lutte. Une convergence qui ne se fait pas sur le papier mais bel et bien dans la rue et sur les lieux de travail. Ainsi, si les étudiants du Mirail sont expulsés par la force dans les jours qui viennent, les cheminots les encouragent à venir s’organiser à la gare Matabiau.

La répression n’a pas eu l’effet escompté. Malgré l’évacuation de Nanterre et l’arrestation des leaders du mouvement, les étudiants ont revoté le blocage, les étudiants du Mirail restent déterminés face à la menace d’intervention policière, les cheminots qui ont déjà été nassés et ont mangé des gaz lacrymogène, restent debout. Idem pour les salariés d’Air France qui face à l’attaque sur le droit de grève qu’est le vote à bulletin secret, ne comptent pas abandonner leurs revendications.
Aujourd’hui, comme demain, la convergence est en marche, quoi qu’en dise Macron et sa clique.




Mots-clés

Bataille du rail   /    Plan Etudiants   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    SNCF   /    Université   /    Education   /    Politique