^

Politique

Propagande anti-Gilets Jaunes

Les Gilets Jaunes tous dieudonnistes ? L’enfumage médiatique de Montmartre

L'acte VI a surpris le gouvernement, les médias dominants et, plus largement, l'ensemble des classes dirigeantes. Face à la vitalité du mouvement, l'heure est au retour des accusations faisant des gilets jaunes un mouvement d’extrême-droite.

L’information a inondé la presse dominante, tout autant à la télévision que dans les kiosques. Alors que les Gilets Jaunes ont pris la police à revers, lançant un appel de rassemblement à Versailles pour finalement se rejoindre à Montmartre, la réplique trouve un axe étonnant : les gilets Jaunes déraperaient, reprenant le geste de la quenelle de Dieudonné et des chants de l’humoriste d’extrême droite. Pris au dépourvu par le rebond, au moins sur le plan de l’ingéniosité et du moral, qui a marqué l’acte VI, les médias dominants retournent aux sources de leur propagande, entrevue il y a maintenant plus d’un mois : le mouvement des Gilets Jaunes est une mobilisation d’extrême droite.

Bien sûr, des gilets jaunes ont bien effectué la quenelle et entonné des chants de Dieudonné à Montmartre, mais aussi au cours de la manifestation parisienne. De même, il n’y a pas à douter de la scène rapportée par un journaliste de 20 Minutes sur Twitter, qui raconte que trois gilets jaunes ont effectué des quenelles dans le métro avant de se faire "engueuler" par une femme de 70 ans. Il est pour autant totalement mensonger d’insinuer qu’il s’agirait d’autre chose que d’une minorité et, en ce qui concerne Montmartre, d’un coup politique des soutiens de l’humoriste. Par ailleurs, la présence sporadique des dieudonnistes au sein des gilets jaunes n’est en rien d’une nouveauté. Dieudonné s’est lui-même rendu dans les cortèges et points de blocage, regroupant quelques dizaines de manifestants pour effectuer la quenelle et lancer des chants issus de ses spectacles.

Il s’agit là d’une expression d’une forme de confusionnisme qui règne dans les rangs des Gilets Jaunes, et qui est évidemment à combattre. Mais sous-entendre que l’ensemble des manifestants sont antisémites n’est rien d’autre qu’une propagande grossière des classes dominantes, visant à éteindre un incendie dont elles croyaient qu’il ne restait que quelques braises. La réaction indignée de Christophe Castaner sur Twitter témoigne ainsi de l’opportunisme d’un gouvernement aux abois, cherchant à se saisir de tous les incidents pour discréditer le mouvement. 

L’enfumage médiatique autour du rassemblement de Montmartre traduit la panique qui traverse l’ensemble des classes dominantes hexagonales, et plus largement à échelle internationale. Avec le mouvement des Gilets jaunes, c’est le spectre de la Révolution qui fait son grand retour, et ce dans un pays central du capitalisme mondial. Il n’est pas anodin, soit dit en passant, que les médias mettent en avant les quelques dizaines de « quenelleurs » de Montmartre, tout en invisibilisant totalement les références faites à la Commune de Paris lors de ce même rassemblement. En effet, l’esprit de la Commune révèle les aspirations, d’une large frange des exploités et des opprimés, à un autre idéal de société, qui ne peut être enrayé par les quelques miettes qu’a pu proposer Macron, à la sauce « 100 balles et un mars ».

Crédit photo : SAMEER AL-DOUMY / AFP




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Dieudonné   /    Manifestation   /    médias   /    Politique