^

Monde

Allemagne

Les étudiants travailleurs de Berlin poursuivent leur grève malgré la répression

La grève des étudiants salariés de Berlin continue ! Après une nouvelle assemblée générale, la poursuite du mouvement de mercredi à vendredi a en effet été votée.

La répression a été la réponse apportée par la direction de l’université à la première grève des étudiants travailleurs en 32 ans, à Berlin. Dans une lettre adressée à tous les employés étudiants, le président de la Freie Universität a mis en garde contre la participation aux grèves, en brandissant la menace de licenciements . Mais cela n’a pas empêché les étudiants de faire grève et de se battre pour une augmentation des salaires. La grève des étudiants travailleurs fait partie d’une série de grèves à Berlin contre la précarisation et les mauvaises conditions de travail. Il n’est donc pas surprenant que les grévistes étudiants aient fait preuve de solidarité et se soient ralliés aux travailleurs des hôpitaux ou de l’industrie métallurgique.

Les grévistes se battent non seulement pour une augmentation de leur salaire horaire à 14 euros (actuellement 10,98 euros), mais aussi pour le bonus de Noël, qui a été annulé en 2004. Pendant 17 ans, il n’y a pas eu d’augmentations de salaire, alors même que l’inflation en Allemagne a augmenté de plus de 30 pour cent dans le même temps. En outre, les coûts du logement ont explosé à Berlin. Tout cela doit être réglementé dans une nouvelle convention collective afin que les étudiants qui travaillent puissent faire la grève avec le secteur public à l’avenir.

La participation aux premiers jours de grève était bonne, mais elle aurait pu être prolongée. Ce sont plus de 1 500 étudiants qui ont fait grève et qui ont organisé des manifestations et des rassemblements. De nombreuses installations ont dû être fermées et les bibliothèques avaient des heures d’ouverture plus courtes. Il y a également eu des assemblées générales de grève à la Freie Universität, où il a été décidé de bloquer temporairement la bibliothèque.

Au total, cinq jours de grève ont eu lieu, avec une grande assemblée générale de grève qui a réuni près de 500 étudiants le dernier jour. Lors de cette assemblée, il a été décidé à l’unanimité de poursuivre les grèves cette semaine du mercredi au vendredi. Il y aura des mobilisations dans les différentes facultés.

Il est également intéressant de constater que durant l’assemblée générale de grève le message de solidarité de la part des étudiants toulousains (Le Mirail) en lutte a été visionné et qu’il a été salué avec enthousiasme. L’enthousiasme a montré une fois de plus que les étudiants en grève sont prêts à se battre jusqu’au bout. Il n’ y a pas eu d’autres négociations à ce jour.

Il est très probable que les grèves se poursuivent au prochain semestre, où il sera cependant nécessaire qu’elles soient illimitées. Jusqu’ à présent, il n’ y a eu que des jours de grève individuels ou un maximum de trois jours consécutifs. Cependant, pour fermer totalement la bibliothèque, les bureaux administratifs ou d’information, une grève est nécessaire et ce jusqu’ à ce que les revendications soient entendues.




Mots-clés

mouvement étudiant   /    Précarité   /    Allemagne   /    Répression   /    Monde