Genres et Sexualités

INTERVIEW AVEC WENDY GOLDMAN

Les femmes, les bolcheviks et la révolution

Publié le 20 juin 2016

Nous reproduisons cette interview réalisée à l’occasion de la Journée internationale des femmes du 8 mars, avec Wendy Goldman, auteure de l’ouvrage Les Femmes, l’Etat et la Révolution, qui retrace les idées des bolcheviques sur la libération des femmes après la révolution de 1917. En particulier, elle parle de la façon dont les bolcheviks ont cherché à changer les conditions matérielles des femmes comme base pour la libération des femmes. Ce débat ne pouvait pas être plus pertinent à une époque où, malgré une égalité formelle, il n’y a pas d’égalité réelle, les femmes présidentes ne constituant en aucun cas une garantie pour les droits des femmes.

Propos recueillis par Celeste Murillo et initialement publiés sur Ideas de Izquierda

Dans les premiers chapitres des Femmes, l’État et la Révolution , l’un des sujets principaux est l’innovation résultant de la Révolution russe concernant les droits civils, en particulier pour les femmes. Quels sont les plus importants pour vous ?

A l’époque, en 1918, les droits les plus importants pour les femmes incluaient l’égalité devant la loi, le droit au divorce, et le droit à l’avortement libre et légal. Ces droits étaient essentiels pour les femmes afin que ces dernières puissent s’émanciper des institutions patriarcales comme l’Église orthodoxe ou d’autres autorités religieuses et du contrôle de leurs pères et maris. L’égalité devant la loi a donné aux femmes le droit de contrôler leurs salaires et leurs biens, de garder leurs enfants en cas de divorce, de pouvoir décider où elles voulaient vivre, aller à l’école et travailler. Ces droits n’existaient pas avant la révolution. Aujourd’hui, dans plusieurs parties du monde, beaucoup de femmes ne disposent toujours pas des droits civils fondamentaux ou de l’égalité avec les hommes. Je pense que les droits civils fondamentaux, le droit pour les femmes d’être traitées à égalité avec les hommes en matière d’emploi, de participation politique, d’éducation, de rôles sociaux et d’opportunités sont encore une question urgente. Sous le capitalisme, le droit à un salaire décent est un droit essentiel pour les deux sexes. Si les hommes et les femmes à travers le monde avaient le droit fondamental à l’emploi et à un salaire qui leur permettait de subvenir aux besoins d’une famille, de nombreux problèmes sociaux actuels disparaîtraient.

En dehors des droits formels de base, les bolcheviks croyaient que la libération des femmes serait impossible s’ils ne sont pas en mesure de socialiser le travail domestique. Cette approche est très intéressante ; même aujourd’hui cela reste un débat au sein du féminisme (marxiste et non marxiste). Pourquoi croyez-vous qu’ils se sont concentrés sur ce problème ?

Les bolcheviks se sont focalisés sur la socialisation du travail domestique parce qu’ils croyaient que la libération des femmes dépendait de leur autonomie économique et financière des hommes. Si une femme doit dépendre d’un homme pour la soutenir, sa capacité à faire ses propres choix et décisions dans la vie est limitée par son contrôle financier. De même les bolcheviks croyaient que si les femmes étaient entravées par la responsabilité des travaux ménagers, elles ne seraient pas en mesure d’entrer dans la population active menée sur un pied d’égalité avec les hommes, ou d’atteindre l’égalité d’éducation et d’opportunité. Pour être à l’égalité avec les hommes dans la sphère publique, les femmes devaient être libérées de leur charge inégale du travail domestique. Le nettoyage, les courses, la cuisine, le lavage et les soins des enfants, bref, tout le travail non rémunéré qui va dans ce que Marx appelle « la reproduction du travail » sur une base quotidienne qui prend beaucoup de temps. Les bolcheviks espéraient libérer les femmes des aspects pénibles et ennuyeux de ce travail pour leur permettre de participer pleinement et activement à la société. Les bolcheviks ont fait de nombreuses études sur le nombre d’heures quotidien que les hommes et les femmes de la classe ouvrière consacraient au travail domestique. Ce qu’ils ont trouvé c’est qu’après le travail, les hommes lisaient le journal alors que les femmes lavaient les vêtements. Les hommes socialisaient avec des amis tandis que les femmes prenaient soin des enfants. Les hommes jouaient aux échecs, rejoignaient les clubs, parlaient politique, jouaient de la musique, lisaient des livres et allaient se promener, tandis que les femmes faisaient la cuisine, le nettoyage et les courses. En bref, les hommes étaient capables de se développer en tant qu’êtres humains tandis que les femmes servaient la famille (et les hommes). La solution des bolcheviks était de socialiser le travail domestique, autant que possible : créer des salles à manger publiques où les gens pouvaient prendre leurs repas, construire des blanchisseries pour laver les draps et les vêtements, créer des garderies ou des crèches pour les enfants et réduire le travail domestique à un minimum. Les gens qui travaillent dans ces entreprises, les hommes et les femmes, seraient bien payés et respectés en tant que travailleurs. Le travail domestique ou une bonne partie de celui-ci, serait socialisé et payé. Les femmes seraient libres de poursuivre le travail salarié, d’aller à l’école et de profiter du temps libre sur un pied d’égalité avec les hommes. Les bolcheviks avaient eu une excellente idée, bien que l’Etat était trop pauvre pour en faire une réalité.

Il est remarquable que les bolcheviks avaient tenu une telle politique ouverte en ce qui concerne les relations personnelles, en particulier compte tenu du cadre social et culturel en arriéré. Pourquoi croyez-vous qu’ils ont décidé d’inclure l’amour libre ou interroger les relations hiérarchiques parents-enfants ?

L’idée de « l’amour libre » remonte à plusieurs centaines d’années. Elle a une longue histoire ! De nombreux mouvements pour la justice sociale, y compris les sectes chrétiennes, rêvaient de l’idée de l’amour libre pour des considérations économiques. Les bolcheviks sont venus d’une longue lignée de penseurs socialistes et de militants, à la fois utopique et marxiste, qui cherchaient à créer des vies meilleures et libres pour les femmes. Ils étaient également conscients, à un stade très précoce, de la nécessité des "droits des enfants", ou le droit des jeunes à être libre du pouvoir tyrannique ou abusif des parents, et les pères en particulier. Dans une culture patriarcale, les pères exercent énormément de contrôle sur les mères et les enfants. Ils prennent des décisions sur le mariage, l’éducation et le travail. Les bolcheviks voulaient abolir ce contrôle en faveur des droits de l’individu et des humains. Arrivés au pouvoir à la suite de la révolution, en étant remplis d’espoir quant à la possibilité de construire un nouveau monde, de nombreux juristes, éducateurs et autres rêvaient de nouvelles possibilités. Ils ont interrogé les hiérarchies de nombreuses formes, non seulement celles qui existaient au sein de la famille. L’Armée rouge a été reconstruite en vertu de nouvelles règles plus démocratiques en termes de relations entre les officiers et les soldats. Les écoles coéducationnelles ont été créées et les enseignants, les étudiants, les concierges d’école et les travailleurs ont créé des soviets pour les gouverner. Les juristes ont discuté du "dépérissement" de la loi et de l’Etat, et ont créé des lois visant à encourager cet objectif. Même les hiérarchies de l’art et de la musique ont été contestées. Dans les années 1920, les musiciens soviétiques ont expérimenté "l’orchestre-sans-conducteur" ! Ce fut un moment de grande mise à niveau et d’expérimentation passionnante dans tous les domaines de la vie.

L’une des conclusions de votre livre, est que le retour en arrière entraîné par la bureaucratie stalinienne était non seulement matériel (compte tenu de la situation économique difficile) mais aussi idéologique. Quelles sont les principales bases de cette conclusion ?

Beaucoup de tentatives des bolcheviks pour créer une plus grande liberté pour les femmes ont été mises à mal par la pauvreté et la ruine créées par des années de guerre et de de la Guerre Civile. Les années 1920 furent une période de chômage élevé, en particulier pour les femmes. L’idée de l’indépendance des femmes des hommes n’a pas pu être réalisée simplement en rendant le divorce plus facile, parce que les femmes n’avaient alors aucun moyen de subsister par elles-mêmes et d’élever leurs enfants. Beaucoup de femmes s’occupaient également des parents âgés et les membres de la famille handicapés. Pourtant, l’attitude de l’Etat envers la libération des femmes a changé précisément quand l’industrialisation a commencé et que l’Union soviétique est devenue une société de plein emploi. Un grand nombre de femmes rentraient dans la population active dans les années 1930, beaucoup dans des emplois industriels bien rémunérés. Ce fut précisément à ce moment que la vision de la libération des femmes aurait pu être réalisée. Bien que l’Etat soviétique ait fortement encouragé l’éducation, la qualification, l’emploi des femmes, et qu’il ait créé un système massif d’établissements de soins de jour ainsi que des grandes cantines des travailleurs, il est également revenu idéologiquement aux rôles traditionnels des sexes dans la maison. Les femmes, en plus du travail, ont alors été fortement encouragées à assumer la responsabilité complète pour la création d’un espace domestique confortable. L’Etat a criminalisé l’avortement en 1936 et a rendu le divorce beaucoup plus difficile à obtenir. En ce sens, l’Etat stalinien a adopté un hybride de la participation de la main-d’œuvre des femmes associée à des rôles de genre traditionnels de la famille. La criminalisation de l’avortement a placé un fardeau terrible et dangereux sur les femmes, qui ont continué à réaliser des avortements illégalement. Les hôpitaux étaient remplis de femmes avec des hémorragies et des infections horribles. Le taux d’avortement a brièvement diminué en 1937, mais a rapidement commencé à grimper. Les femmes ont toujours essayé de contrôler leur fertilité (ce qui est essentiel à leur capacité de vivre librement et de faire des choix à propos de leur propre vie.) La leçon était que les femmes, privées du droit à l’avortement légal et sûr, ont continué d’avorter, mais ont eu recours à des méthodes dangereuses.

Pour finir, nous aimerions connaître vos réflexions sur la participation des femmes dans les manifestations récentes à travers le monde.

Marx, Engels, August Bebel, Clara Zetkin, Lénine, Alexandra Kollontaï, et bien d’autres penseurs socialistes croyaient que le travail salarié a créé les conditions préalables à l’émancipation des femmes. Un salaire indépendant libérerait les femmes de la famille comme une unité économique et fournirait la base pour leur indépendance économique, ce qui leur permettra de choisir librement. Je crois que ces penseurs avaient essentiellement raison. Aujourd’hui, de nombreuses batailles doivent encore être menées, même dans les pays en cours d’industrialisation et dans les pays post-industriels. Dans de nombreux pays les femmes travaillent mais elles n’ont accès pas à un salaire décent. Les idées sur le rôle des femmes dans la famille, les femmes comme des objets sexuels, et le manque de respect pour les femmes ont encore besoin d’être changées. Cependant, les femmes sont actives partout dans des façons nouvelles et excitantes. Elles réclament la peine pour les violeurs en Inde et l’accès des filles à l’éducation en Afghanistan. En Arabie Saoudite, elles exigent le droit de conduire dans les rues. En Amérique latine aussi il y a de nouvelles luttes et de nouvelles demandes. Ma fille et mon fils ont grandi dans une nouvelle ère. Ils croient que les jeunes, peu importe leur genre, ont des droits et des opportunités égaux. Ils soutiennent le droit des personnes à exprimer et à vivre leur propre orientation sexuelle et de se marier avec la personne de leur choix. Ils seront bien sûr faire face à un bon nombre des mêmes problèmes que leur mère a affrontés : comment combiner le travail et la famille, comment créer un foyer affectueux pour les enfants dans lequel les hommes assument une part égale de la garde des enfants et du travail ménager. Nous avons combattu dans ces batailles, mais je pense que la jeune génération va faire mieux. Nos filles partout exigeront plus. Et elles le doivent, si on veut que les choses changent.

Traduit par T.K.