^

Genres et Sexualités

Mémoire des luttes LGBTI

‘’Lesbians and Gays Support the Miners’’. Une plaque commémorative pour l’un des leaders du groupe LGSM

Ce samedi, une plaque commémorative sera posée en mémoire de Mark Ashton, militant communiste mort en 1987, l'un des fondateurs du groupe ‘’Lesbians and Gays Support the Miners’’ (LGSM), histoire reprise par le film « Pride » de Matthew Warchus.

C’est au niveau de la librairie « Gay’s the Word », Marchmont Street à Londres, dans le quartier de Bloomsbury, que sera installée la plaque ce samedi 20 mai, jour où Mark Ashton aurait eu 57 ans. Cette librairie dans laquelle le jeune homme et ses camarades ont travaillé et milité, a été désignée comme le meilleur endroit pour commémorer la vie, le travail, et le militantisme de Mark.

Le film Pride retrace l’histoire du mouvement LGSM. A l’époque, l’offensive libérale de Thatcher battait son plein, le mouvement LGBT était évidemment mal vu, et le monde ouvrier anglais subissait la politique de la dame de fer. Mike Jackson et Mark Ashton ont, à l’époque, pris l’initiative de lancer un mouvement de soutien en direction des mineurs gallois en grève entre 1984 et 1985. Ils ont, pour cela, créé leur mouvement : ‘’Lesbians and Gays Support the Miners’’ et levé des fonds (près de 20 000 livres). Les syndicats étant frileux à l’idée de s’afficher aux côtés des personnes LGBTI, les militants se sont déplacés pour rejoindre les grévistes sur place dans le sud du pays de Galles !

C’est un moment historique de convergence et de solidarité entre le milieu ouvrier et le mouvement LGBTI, que le film de Matthew Warchus permet de rappeler. Cette plaque, bien que symbolique, doit nous permettre de nous remémorer l’histoire de ces luttes et nous aider à penser à leur actualité.

Il est important de ne pas oublier qu’aujourd’hui encore la lutte contre l’homophobie, la transphobie, contre les oppressions qui touchent les femmes et les LGBTQI, est loin d’être terminée. En France, les associations alarment actuellement sur une augmentation de l’homophobie. Qu’on pense à la récente nomination au gouvernement de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, qui est un fervent opposant au mariage pour tous, ou bien à ce qu’il se passe en Tchétchénie où les arrestations, la torture, l’exécution et la chasse systématiques d’homosexuels est en cours. Les luttes contre les fermetures d’entreprises sont également loin d’être finies depuis la période de Thatcher. On ne peut citer de manière exhaustive les différentes batailles en cours, qu’elles soient nationales ou internationales. En France, la lutte des ouvriers de GM&S pour la sauvegarde de leurs emplois est un signe du retour des luttes dans notre classe. Contre les plans des gouvernements aux politiques libérales austéritaires et réactionnaires, la lutte du groupe LGSM doit continuer de nous inspirer !




Mots-clés

Lutte des classes   /    LGBTQI   /    Genres et Sexualités