^

Notre classe

Caisse de grève et solidarité

Licenciement de Gaël Quirante : les postiers du 92 répliquent par la grève reconductible

Gaël Quirante, postier et militant SUD-PTT, a été licencié de La Poste par décision de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, contre l'avis de l'Inspection du Travail qui a attesté des faits de discrimination syndicale. Face à cette mesure de répression historique, Gaël et ses collègues ont décidé de ne pas se laisser faire et sont entrés en grève reconductible.

Depuis lundi 26 mars les postiers du 92 sont en grève reconductible. Leur cause commune : la solidarité et le refus de l’arbitraire qui frappe l’un d’entre eux, Gaël Quirante, syndicaliste à SUD activités Postales 92 et menacé de licenciement après 10 ans d’acharnement de la direction de la Poste. Aidez-les à tenir, faites un don à la caisse de grève et partagez-là largement ! Par la force de la grève et de nos mobilisations, nous pouvons empêcher le licenciement de Gaël Quirante.

Mais les raisons de la colère sont nombreuses ! A l’heure où la direction de la Poste cherche à passer en force pour faire toujours plus de profit sur le dos des postiers, dans le 92 les collègues ont décidé de relever la tête et de dire non aux suppressions d’emploi, aux réoraganisations, à la précarité et à ces fermetures de bureaux qui minent le service public postal.

Un licenciement contraire à l’avis de l’inspection du travail

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a donc décidé de ne pas suivre l’avis de l’inspection du travail et le rapport de la contre-enquête qui concluaient tous deux à une discrimination syndicale à l’encontre de Gaël Quirante syndicaliste à la Poste du 92 et a donc autorisé son licenciement. Cette décision, datée du 20 mars (fin du délai légal pour autoriser le licenciement), Gaël n’en a pris connaissance que ce samedi 24 mars par un recommandé posté... le 22 mars.

Il s’agit donc bien d’une décision politique. Une décision prise par une ancienne DRH de Danone, et qui vient d’un gouvernement qui, dans une période qui s’ouvre de mobilisations contre sa politique, a fait clairement le choix de la répression des mouvements sociaux, comme l’ont prouvé les derniers événements sur les universités de Toulouse Montpellier ou encore Grenoble.

Une décision qui frappe un syndicalisme combatif qui cherche à faire converger les luttes en cours à la Poste et ailleurs, justement au moment où plusieurs secteurs cherchent à coordonner leur combat contre les mesures antisociales de Macron.

Nous ne laisserons pas faire : Gaël ne doit pas être licencié !

Mais si la ministre autorise son licenciement, rien n’oblige pas la direction de la Poste à le faire. Par notre mobilisation, nous pouvons donc empêcher que Gaël soit licencié.

Une grève de soutien lancée par les postiers du 92

Le lundi 26 mars aura été d’abord de début de la grève à la Poste dans le 92 pour stopper le licenciement de Gaël. Les postiers se sont réunis devant la direction départementale à 10h. Ils étaient plus de 120 en AG de grève, une première pour un premier jour de grève sur le département. Ils étaient encore plus de 200 postières et postiers grévistes sur le 92 à reconduire le lendemain mardi 27 mars. La grève est reconduite mercredi 28 mars.

Aidez-les à tenir, donnez à leur caisse de grève et partagez-là !

le soutien de nombreuses personnalités politiques et militants syndicaux

Et le soir du lundi 26 mars a été le moment d’une très large mobilisation unitaire, avec un rassemblement devant le ministère du Travail à 19h, métro Varenne réunissant plus de 500 personnes. Parmi les nombreux signataires (voir ci-dessous) de la tribune de soutien dans Libération, Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot, Mickaël Wamen , Jean- Pierre Mercier, Eric Coquerel, des dirigeants syndicaux nationaux... sont venus prendre la parole. Leur objectif a été atteint, faire entendre leur colère à la ministre et venir dire d’abord à Muriel Pénicaud, mais aussi à la direction de la Poste que nous ne laisserons pas passer le licenciement de Gaël Quirante. D’autres rassemblements ont eu lieu le même jour à Toulouse et à Foix et le lendemain à Mulhouse, à Rouen ou même à Grenade dans l’Etat espagnol, devant le consulat de France !

Rendez-vous jeudi 29 mars, à 13h devant le siège du groupe La Poste pour soutenir Gaël

Demain, le DRH national du Groupe La Poste reçoit à 14h une délégation à la demande de la Fédération SUD-PTT autour de la situation de Gaël Quirante et de la répression à La Poste.

Un point presse aura donc lieu demain Jeudi 29/03 à 13h.
Pour soutenir la délégation, RDV donc demain à 13h devant le Siège du Groupe La Poste, 12 rue Guynemer à Issy-les-Moulineaux (Métro Balard).

Pour donner à la caisse de grève en ligne et aider les postiers du 92 en grève reconductible depuis lundi 26 mars à tenir :

https://www.lepotcommun.fr/pot/kgmfkl66

Pour suivre la mobilisation :

https://www.facebook.com/nonaulicenciementdegaelquirante/

https://twitter.com/AllGaelQuirante?s=03
@AllGaelQuirante




Mots-clés

Muriel Penicaud   /    Licenciement(s)   /    La Poste   /    Répression   /    Notre classe