^

Politique

Le Nord mobilisé !

Lille. 10 000 personnes dans la rue contre la casse du code du travail

À l'appel de la CGT, de SUD-Solidaires et de la FSU ce mardi 12 septembre près de 10 000 personnes se sont rassemblés à 14h30 place de Paris à Lille pour manifester contre les ordonnances Macron et la casse du code du travail dans une ambiance déterminée.

Dès le matin, la mobilisation dans la région battait son plain. De nombreuses mobilisations ont eu lieu comme à Douai, Valenciennes, Maubeuge, Dunkerque, Sains-en-Gohelle où 80 employés municipaux ont débraillé devant la mairie, Boulogne où près de 800 personnes se sont rassemblées ou encore Calais où 1000 personnes ont défilé et où la CGT a organisé des barrages filtrants à toutes les entrées de la ville pour mobiliser contre la casse du code du travail.

L’après-midi, la manifestation à Lille au départ de la porte de Paris a rassemblé large avec près de 10 000 manifestants soit la moitié des manifestants de la région. Le cortège était essentiellement aux couleurs de la CGT mais les sections de FO, de SUD, de la CNT, de la FSU étaient également bien présentes. Les unions locales de plusieurs villes alentours ont fait le déplacement pour manifester leur colère contre les ordonnances Macron et la casse du travail.

Le cortège où l’on retrouvait aussi le NPA, LO, la France Insoumise, le PCF, les JC, EELV, Attac, l’Unef et Solidaires étudiants a défilé pendant trois heures dans les rues, passant par le Grand Palais, la gare Lille Flandres, la Grand’Place, la rue de Solférino et la place de la République. La détermination contre les ordonnances Macron se ressentait dans tous les cortèges.

La manifestation qui s’est élancée au son de « Macron, salaud ! Le peuple aura ta peau ! » s’est terminée par un rappel des mesures anti-ouvrières que la Loi Travail XXL du gouvernement nous réserve. Si, comme le soulignait la CGT, « le gouvernement a déclaré une guerre sociale aux plus pauvres », on peut dire que la mobilisation à Lille était à la hauteur de l’attaque portée contre notre camp social et donne confiance pour celle du 21 septembre et la nécessaire suite.




Mots-clés

12 septembre   /    Loi travail 2   /    Lille   /    Politique