^

Politique

Pas de quartier pour les fachos !

Lille : mobilisation contre le congrès du FN, la police matraque

Alors que le congrès du FN se tenait au Grand Palais à Lille ce week-end, un demi-millier de manifestants se sont mobilisés contre l'extrême-droit dans les rues de la capitale du Nord. En fin de manifestation, la police a arrêté et frappé au sol un manifestant.

Mobilisation combative

11h place de la République à Lille : les différentes organisations qui ont appelé à manifester contre l’extrême-droite et ses idées à l’occasion de la tenue du congrès du FN à Lille ce week-end se rassemblent sur l’esplanade devant le musée des beaux-arts. Sont présents des militants de la CGT, de Solidaires, de la CNT, de la FSU, du MRAP pour les syndicats et les associations. On retrouve également, le PCF et la JC, la France Insoumise, Alternative Libertaire, la Coordination communiste et le NPA. Des militants de La Brique vendent leur journal à la criée.

Le cortège s’élance vers Sébastopol avant de prendre la rue des Postes jusqu’au rond-point des postes avant de reprendre en direction du boulevard Montebello. La manifestation se passe dans un esprit combatif contre l’extrême-droite. On chante « Bella Ciao » et on entend fréquemment scandé par les fanfares « Pas de fachos dans nos quartiers et pas de quartier pour les fachos ».

Fin de manif sous le signe des matraques

La manifestation aurait dû s’arrêter à la place Casquette mais elle a poursuivi sa route dans le quartier de Wazemmes jusqu’à la maison folie. Un banquet militant devait avoir lieu pour terminer la manifestation. C’est alors que, sur l’esplanade où la manifestation s’est terminée, la police s’est infiltrée parmi les manifestants. Des policiers en uniformes quadrillent la zone et que la BAC charge, matraque téléscopique et lacrymo à la main. Un jeune est attrapé, projeté à terre et frappé. Il est embarqué dans la foulée alors que tout le monde hurle « tout le monde déteste la police ». La police gaze les manifestants et lance une grenade de désencerclement et s’enfuit.

Une façon d’admettre la collusion entre les idées du FN et les méthodes de la police ?

[Crédit photo : Boris Lefebvre]




Mots-clés

Solidaires   /    Lille   /    FSU   /    Marine Le Pen   /    Manifestation   /    CGT   /    FN   /    NPA   /    Extrême-droite   /    Répression   /    Politique