^

Notre classe

En gare de Pompadour

Limousin : les cheminots défilent sur les voies pour sauver une ligne menacée de fermeture

En cette journée de grève perlée, les cheminots de Brive et de Limoges se sont donnés rendez-vous à Pompadour pour défendre la ligne Limoges-Brives par Saint Yriex menacée de fermeture faute d'investissements.

Depuis le 25 février, aucun train ne s’est arrêté à Pompadour. La ligne, qui n’est plus entretenue faute d’investissement de la SNCF, fait partie de ces dizaines de lignes que la boite veut fermer. Pour fermer la ligne, c’est d’abord le nombre de trains qui a diminué, ainsi que l’entretien. Résultat : au lieu de rouler à 70km/h, les trains roulent à 40km/h, et les usagers ont rapidement pris d’autres moyens de transports. Rémi, cheminot à Tulle, secrétaire SudRail à Limoges résume l’opération : "Quand on veut tuer son chien on dit qu’elle a la rage : moins de travaux, moins de voyageurs, moins de rentabilité." Durant la prise de parole, Hervé Pineaud, de la CGT Brives abonde dans ce sens : "si les trains étaient mis en place a l’heure où les usagers en ont besoin, cette ligne serait plus que rentable !". En signe de protestation, les cheminots ont plastifié la gare, la recouvrant d’un voile noir.

Dans le Limousin, ce sont des dizaines de lignes qui ont été fermées ces dernières années. Ainsi, la ligne Ussel-Clermont a été fermée il y a trois ans, et celle de Ussel-Limoges n’a plus que deux ans de sursis. Deux cheminots retraités d’Ussel regrettent le temps où le réseau capillaire alimentait des villes de 10 000 habitants comme la leur, parfois avec des lignes directes pour Paris. La fermeture des lignes a pour eux des conséquences dramatiques : "avec la fermeture d’une ligne comme Ussel, il n’y a plus d’ecoles, plus d’hopital, plus de médecin". Christian, qui a participé aux grèves de 1986 et 1995 explique amèrement : "quand il reste 2 3 trains par jour, les gens s’en détournent et arrêtent de prendre le train : c’est comme ca qu’ils ferment les lignes".

Ici, la grève tient, malgré des difficultés croissantes. Bastion de la CGT, le conducteurs de Brives et Limoges sont en moyenne à 70% en grève : ce sont les meilleurs taux de grève de France. Cependant, face aux questions de changement de calendriers, qui sont posées par de plus en plus de grévistes, la CGT impose un verrouillage des assemblées générales qui empêche les discussions de se mener sur ce terrain, sous prétexte de maintenir l’unité.




Mots-clés

Bataille du rail   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe