^

Monde

Surenchère sécuritaire

Londres. Un bébé de 3 mois auditionné pour « terrorisme »

Un bébé de 3 mois a été auditionné à l’ambassade des Etats-Unis de Londres pour des suspicions de terrorisme. Son grand-père avait coché une mauvaise case dans le formulaire de demande de visa américain.

C’est une histoire à peine croyable. Un petit Anglais de 3 mois devait partir avec sa famille en vacances en Floride mais son visa américain a été refusé. La raison : son grand-père avait mal rempli le formulaire de demande de visa par inadvertance et coché la case « oui » à la question « êtes-vous engagé dans des activités terroristes ? ». Une erreur qui pourrait sembler banale mais que les autorités américaines ont prises très au sérieux. Le bébé a été convoqué avec sa famille à l’ambassade des Etats-Unis de Londres pour répondre de ses « liens avec le terrorisme ». Coût : 4.000 euros pour la famille et des vacances gâchées.

Une mésaventure que le grand-père du bébé a prise à la rigolade. Il a par la suite déclaré à la presse : « Harvey a été brave pendant l’interrogatoire, il n’a pas pleuré une seule fois ». Ajoutant même : « J’ai bien hésité à l’habiller tout en orange comme les prisonniers de Guantánamo mais je ne crois pas qu’ils aient un grand sens de l’humour à l’ambassade ».

Si cette histoire peut faire rire (encore faut-il avoir les moyens), elle montre surtout le degré de paranoïa et de répression de la « lutte contre le terrorisme », aux Etats-Unis et ailleurs. Les autorités américaines sont très strictes sur les demandes de visa, et particulièrement avec les personnes racisées : même un transit sur le sol américain doit faire l’objet d’un visa et d’une nouvelle fouille des bagages.

Les questions présentes sur le formulaire de demande de visa peuvent faire rire à priori : imaginerait-on un terroriste déclarer de lui-même qu’il veut faire un attentat ? Mais loin d’être une simple formalité fantaisiste, celle-ci vise à instaurer un climat de terreur et de tension fonctionnel pour légitimer la répression et les politiques xénophobes et racistes, et qui peuvent avoir des conséquences dramatiques. A l’image du « Muslim Ban » imposé par Donald Trump qui avait, à l’époque, tué une femme de 75 ans bloquée en Irak. Derrière l’histoire ubuesque de ce bébé de 3 mois se cache une réalité loin d’être drôle.




Mots-clés

Etats-Unis   /    Répression   /    Monde