^

Notre classe

Mépris de classe

Luminus, filiale belge d’EDF, licencie 5 salariés par téléphone

Jeudi dernier, 14 salariés de Luminus, la filiale belge d’EDF, ont été informés de leur licenciement. Pour 5 d’entre eux, ce licenciement leur a été signifié… par téléphone.

Ce jour-là, je ne travaillais pas. J’étais chez moi quand j’ai vu que mon chef m’avait laissé un message. Je n’en suis pas revenu. Il m’expliquait de façon très mécanique, comme s’il lisait un texte, que mon contrat prenait fin ce jour pour raisons économiques.

C’est une scène assez incroyable de mépris de classe, qui a même forcé la direction d’EDF à qualifier l’acte de « maladresse ». En effet, Luminus, filiale belge de l’entreprise, a licencié 14 de ses 900 travailleurs jeudi dernier, dont 5 par téléphone. « Même s’il s’agissait au départ d’une bonne intention, qui était de prévenir les salariés concernés pour qu’ils ne l’apprennent pas par d’autres voies, nous ne cautionnons pas ces pratiques inappropriées qui ne sont pas fidèles aux valeurs du groupe » a poursuivi la direction d’EDF. Des « valeurs » qui n’empêchent pas le géant de l’électricité de supprimer des postes par milliers.

« Nous redoutons que ce ne soit qu’un galop d’essai », a déclaré Antonio Murillo Calvo, de la branche Bâtiment industrie énergie (BIE) du syndicat CSC. En effet, l’attitude de Luminus est un dangereux précédent, permettant d’individualiser au maximum le licenciement afin d’éviter toute réaction collective pour lutter contre les attaques des directions. Sans compter, bien entendu, du profond mépris du patronat, ruinant des vies sur l’autel du profit et qui estime suffisant de laisser des messages sur des messageries de téléphone.

Crédits photos : © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA




Mots-clés

Licenciement(s)   /    EDF   /    Patrons-voyous   /    Notre classe