^

Notre classe

Débrayages dans l’Education

Lycées en grève et en colère devant le Conseil Régional d’Île-de-France

Après une centaine d’enseignants et de personnels devant le ministère, mercredi, une délégation de grévistes des lycées d’Aulnay, de Stains et du Blanc-Mesnil s’est donné rendez-vous devant le Conseil régional d'Île-de-France, ce jeudi, soutenue par un rassemblement des collègues mobilisés.

Sureffectifs, manque criant de personnels et de moyens, fin des contrats aidés, dysfonctionnements en tous genres : quoi qu’en dise Jean-Michel Blanquer, la rentrée est chaotique dans de nombreux établissements scolaires. En Île-de-France, c’est particulièrement criant.

Le Lycée Utrillo (Stains, 93) se voit amputer de trois contrats aidés au sein des agents en cette rentrée scolaire, ce qui rendrait le service de cantine ingérable pour les personnels et les élèves. Le Lycée Mozart (Blanc-Mesnil, 93) a voté la grève reconductible dès le lundi de la rentrée car les locaux ne sont pas viables pour accueillir dignement les élèves. Au Lycée Jean Zay, d’Aulnay, le nombre d’élève augmente d’un quart alors que le nombre de personnels diminue d’un tiers.

La délégation des grévistes est sortie sans réponse précise du Conseil Régional au niveau des revendications concernant les postes de personnels de service et de cantine, pas plus que sa présidente, Valérie Pécresse, ne s’était attardée devant les collègues mobilisés du nouveau lycée de La Plaine-Saint-Denis, lundi dernier. Le seul engagement qu’ont pu recevoir les grévistes reçus par les responsables du recrutement des agents de la région a trait à un plan de construction de nouveaux lycées qui serait prévu en Île-de-France.... pour les calendes grecques. C’est pourquoi les établissements mobilisés ne comptent pas en rester là et prévoient de nouvelles actions, avec des appels très suivis à la grève le 12.

Une AG des établissements en lutte en lien avec le Collectif Touche Pas à Ma Zep se réunira vendredi, à 18h, à l’EDMP-impasse Crozatier, pour discuter de l’état de la mobilisation et de la construction d’un cortège commun à la manifestation parisienne du 12.

Partout là où les établissements sont mobilisés, dans le 92, le 93 et le 95, il est temps que les syndicats, à commencer par le SNES, relaient et appellent clairement à la grève sur la durée car les revendications posées par les lycées en lutte concernent tout le secteur, de la maternel au secondaire. Il n’est pas question d’attendre une date, en octobre, comme le laissait entendre la direction nationale de la FSU à la rentrée. Construire un cortège unitaire de l’enseignement à la manif parisienne du 12 septembre devrait permettre de batailler dans cette perspective.

[Crédit photo : Lucien PF/20Minutes - Rassemblement devant le ministère de l’Education mercredi 6 septembre]




Mots-clés

Seine-Saint-Denis   /    93   /    Grève   /    Lycées   /    Education   /    Notre classe