^

Politique

Une info Le Canard Enchaîné

Macron accuse BFM-TV de « connivence malsaine » avec le mouvement des Gilets jaunes

Non, ce n’est pas le Gorafi. Mais une information du Canard Enchainé. Dans sa traditionnelle édition du mercredi, le Canard explique que Macron a affirmé que « BFM a été le principal organisateur des manifestations ». Il continue ensuite en affirmant qu’« il y avait une sorte de connivence malsaine » entre BFM-TV et… les Gilets jaunes.

Parfois, le réel rejoint le fictif. Après, l’histoire du « pistolet à eau » de Benalla, il y a eu la journaliste de BFM-TV qui, après avoir enfilé un Gilet jaune, a vu son direct coupé immédiatement. Cette fois-ci, c’est du pur jus macronien : Macron reproche à BFM-TV d’avoir « servi la soupe » aux Gilets jaunes. Un constat qui doit faire bondir de toute part l’ensemble des Gilets jaunes qui ont pu constater le décalage indécent qui existe entre ce que BFM-TV montre et ce qu’il se passe dans la réalité.

En d’autre mot, pour Macron, BFM-TV aurait dès le début du mouvement des Gilets jaunes été laxiste quant à la couverture. « Dès le départ, BFM a été le principal organisateur des manifestations », a-t-il affirmé selon Le Canard Enchaîne. « A certains moments, des gilets jaunes y réclamaient ma destitution ou appelaient à l’insurrection, sans jamais être repris par les présentateurs. Il y avait une sorte de connivence malsaine », continue-t-il.

Et ce constat est largement partagé par son premier cercle. Pour Richard Ferrand, président de l’Assemblée : « Lorsqu’il y a 50, 100 ou 200 types qui se regroupent à Montmartre, vous avez l’impression que toute la France est en ébullition parce que cela passe en continu sur BFM ! » S’il est vrai que le matraquage de BFM-TV est véridique, il est pourtant clair qu’il ne vise pas à donner une audience au mouvement mais bien à le décridibiliser.

Mais s’il est vrai que BFM-TV avait donné une audience particulière au tout début du mouvement des Gilets jaunes, le soulèvement du 17 novembre et l’entrée en scène des masses contre Macron et son monde avait très radicalement changé la donne. Dès l’acte 2, le changement de ton était déjà en cours, tandis que le quasi-insurrectionnel acte 3 du 1 er Décembre avait fait trembler les grands médias. Depuis, ce sont des campagnes toujours plus odieuses que les grands médias passent en boucle.

Comme durant l’acte 6 où selon les médias, seulement 800 Gilets jaunes manifestaient dans les rues de Paris. Les vidéos coupés dans l’affaire des motards de la police n’en sont qu’une des expressions. La dernière, des plus illustratives concerne cette journaliste de BFM-TV qui a enfilé un Gilet jaunes. Un geste que le journaliste en direct à condamné d’une part en coupant le direct puis en désavouant la journaliste en direct.

Si BFM-TV n’est pas suffisamment aux ordres (on se demande comment cela se peut-il), Macron préparerait selon le Canard « un coup à sa façon » et « avec l’aide du CSA ». Un organe qui loin d’être indépendant est piloté en sous-main. C’est au travers une « nouvelle numérotation des chaines d’informations » que Macron appelle « regroupement thématique des chaines d’info » que BFM-TV serait bientôt devancé dans la liste des chaines par France-tv Infos. Si ce changement de chaîne est un projet de longue date, il se peut qu’il devienne effectivement réalité.

Pour Macron, ce n’est jamais assez. Peut-être faut-il un retour de l’ORTF ?




Mots-clés

médias   /    Emmanuel Macron   /    Politique