^

Politique

Le renouveau de la politique ?

« Macron, c’est moi en mieux ! », blague Sarkozy

"Macron, c'est moi en mieux !" aurait déclaré l'ancien président Nicolas Sarkozy, d'après des propos recueillis par le Canard enchainé. Une blague, mais qui en dit long sur le programme anti-social que le président Macron souhaite appliquer par ordonnances dès cet été.

Crédit : CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

« Ce type est incroyable ! Il fait un sans faute. S’il ne commet pas les erreurs que j’ai faites, il va aller très loin, on ne pourra pas l’arrêter »

A part pour BFMTV, le second degré mais surtout le cynisme de l’ancien Président saute au visage. Macron, avec le mépris avec lequel il parle aux travailleurs, en leurs expliquant que « Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler », ou encore que « quand t’es jeune, 35h, c’est de la pipe ! », bref des séquences qui ont marqué les réseaux sociaux et révélé que non, Macron n’est pas un "renouveau" de la politique, mais bien un banquier qui n’a aucune prise sur la réalité que vivent les exploités et les opprimés au quotidien.

Ce qui a marqué le quinquennat Sarkozy, c’est son impopularité : des séries de grèves, de manifestations, des blocages importants des dépôts de carburants... une impopularité tellement élevée qu’elle a hautement profité à Hollande, dont toute une partie de ses votes étaient clairement anti-Sarkosystes.

Et celui-ci explique, en parlant du programme de Macron, que « Ça ne peut pas marcher... Mais si ça marche, c’est un génie et il faudra s’incliner. » Second degré ? Quoi qu’il en soit, cela révèle le fond de la pensée de ce dernier : Il raille Macron, en le croyant incapable de mener à bout son programme, mais en revanche il salue le programme en lui-même, le considérant même comme digne de louanges.

Macron, qui se revendique "ni de droite, ni de gauche", démontre en permanence, de par ses propos réactionnaires et son mépris de classe évident, la politique qu’il compte faire passer par ordonnances dès cet été : des conditions de travail dégradées, un temps de travail en hausse (les moins de 25 ans se retrouveront en première ligne) et des licenciements encore plus facilités. Loin d’être un renouveau politique, ce dernier s’inscrit dans la continuité des politiques menées par ses prédécesseurs et soutiens, les deux Présidents les plus détestés de la Vème république : Hollande et Sarkozy.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Nicolas Sarkozy   /    Politique