^

Politique

Une attaque de plus

Macron entend imposer une réforme libérale du système des retraites par ordonnances

Alors que les retraités ont massivement manifesté les 15 et 22 mars dernier, Macron répond par une nouvelle attaque ! En effet, avec sa réforme du système des retraites, le « président des riches » entend ouvrir la porte à un financement par le biais des marchés financiers.

Dans son édition du 27 janvier, Le Parisien a dévoilé les dessous de la nouvelle réforme des retraites, inscrite dans le cadre de la loi PACTE. La réforme viserait à réorienter l’épargne des retraités vers des placements plus risqués dans les entreprises pour « rebooster l’économie ».

L’essence même de cette réforme vise à privilégier la perception des retraites sous forme de capitaux plutôt que sous la forme d’une rente, c’est à dire par un versement mensuel. Cela viserait à orienter l’épargne vers des placements directs des retraites sur les marchés et à remettre en cause in fine la retraite par répartition. En d’autres termes, si les libéraux mettent en avant la possibilité de « gagner plus », c’est surtout les risques « de tout perdre » qui guettent les retraités, notamment les plus modestes.

L’autre idée explorée par le gouvernement pour cette réforme concerne la fusion des produits d’épargne. Ainsi, PERCO (dispositif d’épargne salariale par accord d’entreprise et ouvert à tous les salariés) pourrait se voir fusionner avec PERE, Madelin et PERP. La aussi, il s’agit d’une attaque contre les plus modestes, car fusionnant les dispositifs des plus précaires avec ceux des cadres par exemple, entraînant des risques au moins aussi forts, pour des « bénéfices » moins élevés.

La logique de cette nouvelle réforme du système de retraite tend à ouvrir grand la porte à une libéralisation totale. Comme à son habitude, le gouvernement entend passer en force, en imposant cette réforme par ordonnance. Cette libéralisation du système de retraite est attendue de longue date par les classes dominantes, et s’inspire ouvertement des libéralisations ayant déjà eu lieu ailleurs dans le monde, avec des résultats plus que désastreux. Aux États-Unis par exemple, le modèle libéral du système des retraites a creusé le déficit, qui augmente année après année et qui a atteint 3400 milliards de dollars. Qu’on se le dise, c’est bien ce modèle qui sert de boussole à Macron, entraînant la mort programmée d’un système de retraite socialisé.

Voici donc la « réponse » du « président des riches » à la colère légitime des retraités, qui se sont massivement mobilisé les 15 et 22 mars dernier contre la hausse de la CSG. Une « solution » libérale qui tend à précariser les plus modestes, tout en présentant sa réforme sous le vernis délavé d’un modernisme qui n’en est pas un. Quoi de plus logique, après tout, puisque Macron a annoncé ne pas avoir entendu la colère des retraités au lendemain du 15... Passage par ordonnances et attaque directe contre les retraités, il apparaît comme vital que les retraités poursuivent leur mobilisation, dans la convergence avec l’ensemble des autres secteurs en lutte, et notamment les cheminots.

Photo : Flickr - Julen Landa.

_




Mots-clés

Retraités   /    Emmanuel Macron   /    Politique