^

Genres et Sexualités

"6,7,8 enfants par femme"

Macron, les clichés africains et le "féminisme" de l’homme blanc

Au Burkina Faso, lors de sa tournée africaine, le Président, Macron a tenu à interpeller l'auditoire composé majoritairement de burkinabés et réaffirmer ses intentions « universalistes » : "Quand vous voyez des familles de 6,7,8 enfants par femme, êtes-vous sûres que cela soit le choix de la jeune fille ? Je veux qu'en Afrique, partout, une jeune fille puisse avoir le choix". Des propos qui rappellent la vieille histoire de l’instrumentalisation, à visée coloniale, des femmes.

Photo RFI / Yaya Boudani
Dans les rues de Ouagadougou, lundi 27 octobre 2014, contre la révision de la constitution.

Au premier jour de sa tournée en Afrique, ce lundi, le chef de l’Etat françaiss’est s’adressé « à la jeunesse africaine » durant une allocution de près de deux heures au Burkina Faso. Un discours colonialiste et impérialiste prononcé sur des terres que l’Etat français a anciennement colonisé aidée de ses voisins occidentaux et qu’il continue à occuper aujourd’hui militairement, économiquement via l’implantation d’entreprises françaises et politiquement – voir l’exfiltration par les services français de l’ex-dictateur Blaise Compaoré vers la Côte d’Ivoire.

Pour Macron, la femme africaine ne serait « pas encore entrée dans l’Histoire »

Macron a eu à cœur d’envoyer un message à "la jeunesse africaine" pour "l’inviter" à relever les défis qui sont devant elle : terrorisme, démocratie, changement climatique, ou encore celui de la démographie... Un sujet que Macron avait déjà commencé à aborder en marge du sommet du G20 à Hambourg en juillet estimant que "le défi de l’Afrique est (...) civilisationnel". A l’époque il disait déjà « Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. ». Alors, c’est dans un souci de développement en Afrique, que le président Macron prend à partie la « femme africaine ».

« La démographie ça ne se décrète pas mais avec sept, huit ou neuf enfants par femme, êtes-vous sûrs que c’est le choix de cette jeune femme ? Je veux être sûr que partout en Afrique ce soit bien le choix pour cette jeune fille ou femme. Cela m’a poussé à faire de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de mon mandat. »

Comme si le ventre de la « femme africaine » était la cause ultime de la pauvreté du continent. Comme si celle-ci, pour reprendre les mots d’un de ses prédécesseurs n’était « pas encore entrée dans l’Histoire », faute de pouvoir choisir de sa propre destinée, et de disposer de son propre corps.

Une injonction à choisir qui parait bien déplacée dans la bouche du président français, devenu soudainement le sauveur des femmes dépeintes en quasi-victimes de « l’homme africain ». Une prétention « universaliste » d’autant plus mal venu qu’elle vient d’un président qui, par sa politique assumée de coupes budgétaires dans les services publics, de déremboursement des soins, de désengagement dans les planning familiaux, attaque toujours un peu plus ce que les femmes ont acquis de haute lutte et que jamais aucun homme ne leur a spontanément concédé.

Démographie africaine et croissance, des mythes à déconstruire

Cette déclaration relayée ensuite sur les réseaux sociaux et dans les médias a difficilement pu éviter de créer la polémique. [Déjà en juillet dernier, nous répondions que ces propos sont tout d’abord factuellement faux >http://www.revolutionpermanente.fr/Les-politiciens-francais-et-leur-obsession-sur-la-natalite-en-Afrique]. En effet, le taux de fertilité sur le continent africain est un des plus importants avec en moyenne 4,7 enfants par femme, de 2010 à 2015. Mais il s’agit d’une moyenne réalisée sur un ensemble de 54 pays. Si au Niger il était en 2015 de 6,76 enfants par femme, il est seulement de 1,99 en Tunisie, soit moins que la moyenne mondiale (qui lui est à 2,42). Derrière ces chiffres grossis se cache à peine les clichés sur les femmes africaines ou plutôt sur "LA" femme africaine - tout comme le fait de sans cesse parler de "l’Afrique" une et indivisible sans faire de différence entre le Niger et la Tunisie-, l’obsession sur la natalité, les fantasmes sur ces femmes et ces hommes "autres" qui feraient plus d’enfants qu’elles ne peuvent en nourrir...

Une vision raciste entretenue consciemment pour, de manière hypocrite et violente, tenter de détourner l’attention des vrais responsables des difficultés financières et des crises économiques que traversent nombre de pays africains : quid des siècle d’exploitation coloniale, poursuivis par le pillage et l’entretien de la corruption des régimes postcoloniaux ? Quid de la dette des Etats africains, savamment entretenue par le capital occidental, et au nom de laquelle s’est déroulé le rouleau-compresseur des politiques d’austérité dans les années 1980 dictées par le Fonds Monétaires Internationales ? Quid de ces services publics d’éducation, de transport, de santés, saccagées sur l’autel du marché et de la dette publique ?

La « femme africaine » devient un moyen d’effacer de l’Histoire les années de colonialisme occidental (et notamment français) qui s’est vu remplacé par un système d’indépendance formelle. Formelle parce que toujours dépendant des états européens, de l’Occident et subissant de plein fouet les méfaits de l’impérialisme. Un assujettissement dans lequel Macron, le patronat français et les autres états impérialistes trouvent définitivement leur compte.

En réalité, c’est dans cette situation de détresse économique qu’il faut chercher les causes de la pauvreté africaine. Et peut-être aussi, de la difficulté des femmes et des hommes d’Afrique et d’ailleurs à construire leurs vies selon leurs propres choix, à s’échapper de la précarité quotidienne, de la survie, pour construire la voie de leur émancipation.

L’instrumentalisation des femmes : une longue histoire coloniale

Ces quelques phrases prononcées par Macron incarnent à elles seules le paternalisme, le sexisme, le racisme hérité du colonialisme en direction des africains et tout particulièrement ici des femmes africaines. Des femmes que l’Etat français dans toute l’histoire de ses conquêtes, de ses guerres, n’a cessé de violenter économiquement et dans leur chair. Il suffit de se rappeler de la colonisation algérienne et des cérémonies de dévoilements forcés, des femmes violées par les soldats français pour terroriser la population et "marquer" leur territoire. C’est également ce même "raisonnement" faisant porter la responsabilité du fort de taux de natalité aux femmes, qui a conduit à l’avortement et la stérilisation forcée de femmes de la Réunion, autre territoire colonial, dans les années 1970. Les Etats occidentaux et coloniaux ont ainsi sans cesse cherché à contrôler le corps des femmes, à l’instrumentaliser à des fins de domination. Et aucunement d’émancipation.

Et cela se poursuit aujourd’hui. Quand Macron fait porter aux femmes africaines la responsabilité du taux de natalité, les accusent d’être responsables de la pauvreté qui les touchent plus fortement que des millions de femmes dans le monde, difficile de croire qu’il s’intéresse réellement à leur sort.

Il est plutôt du côté des coupables, de ceux qui sont responsables de la misère dans laquelle sont plongées ces femmes. Pendant qu’ils instrumentalisent et sèment la guerre en Afrique et ailleurs, Macron en France opprime les femmes "non blanches" : interdiction du port du voile, promulgation de lois racistes, fermeture des frontières, islamophobie, sont quelques unes de ses armes qui au quotidien stigmatisent, isolent, précarisent des milliers d’autres femmes. Une autre forme de non-choix imposé aux femmes.

Mieux encore, héraut de la cause féministe, le chef de l’Etat français agite désormais "l’égalité hommes-femmes" comme cause nationale de son quinquennat pendant qu’il creuse chaque jour les inégalités avec ses nouvelles "réformes", qu’il joue les chefs de guerre en Afrique, au Moyen-Orient où meurent chaque jour des centaines de femmes à cause des guerres que lui et ses prédécesseurs ont semé.

Macron est loin de se préoccuper que les femmes africaines puissent avoir le "choix" de se marier, de divorcer, de faire un enfant, d’avorter, de trouver un emploi, tout comme de se préoccuper des femmes travailleuses, précaires, racisées, immigrées, qui vivent sous ses yeux. Du Burkina Faso à Paris, contre le gouvernement français et les autres, les femmes qui n’appartiennent pas aux cercles des politiciens, des riches, des grands patrons, doivent s’unir et lutter contre ces discours et ces politiques austéritaires, populistes et impérialistes qui jouent contre nos intérêts et nos vies.

Photo RFI / Yaya Boudani
Dans les rues de Ouagadougou, lundi 27 octobre 2014, contre la révision de la constitution.




Mots-clés

Burkina Faso   /    Afrique   /    Emmanuel Macron   /    Françafrique   /    Genres et Sexualités