^

Politique

Construction d’appareil

Macron prêt à accueillir « les constructifs » au sein de la République En Marche ?

Alors que les velléités d’exclusion des « macron-compatible » au sein des Républicains se font de plus en plus présentes, La République En Marche se tient à l’affût. Objectif : Attirer les « constructifs » au sein de l’appareil encore en construction d’Emmanuel Macron.

Recomposition au « centre droit »

On le sait, l’élection présidentielle a profondément chamboulé l’échiquier politique français. L’effondrement du bipartisme, et l’absence des socialistes et des républicains au second tour, représente un changement majeur au cœur même de la V° République. Alors qu’Emmanuel Macron, en chute libre dans les sondages de popularité, a entamé fort et vite ses réformes, tentant de surfer sur un « état de grâce » déjà bien entamé, sur la durée c’est un autre problème se pose pour le président de la République : celui de la construction d’un appareil à même de lui apporter une certaine assise et cohérence.

L’option envisagée, au vue de l’effondrement des deux partis traditionnels, a été d’occuper le large espace ouvert « au centre » de l’échiquier politique. D’ors et déjà, La République En Marche a largement réussi son pari au « centre gauche ». La quasi totalité de l’aile pro-Macron du PS ayant rejoint le navire présidentiel. Une situation rendue d’autant plus aisée tant le quinquennat Hollande a plongé le parti de la rue de Solférino dans une profonde crise, avec le mouvement loi travail comme point d’orgue de la rupture du peuple de gauche avec l’appareil socialiste.

Sur la droite de LREM, par contre, l’opération n’est pas aussi aisée. En effet, si Les Républicains ont vécu une campagne présidentielle destructrice avec la déchéance express de François Fillon, force est de constater que « l’aile pro-Macron » est, jusqu’ici, bien plus réticente à couper les ponts avec ce qui fut le pilier droit du bipartisme à la française. C’est ainsi qu’est apparu le groupe « les constructifs » à l’Assemblée Nationale, dont les membres sont jusqu’à aujourd’hui resté en majorité chez Les Républicains tout en se positionnant comme des alliés d’Emmanuel Macron au sein de l’hémicycle. Toutefois, nous arrivons aujourd’hui à un tournant. Désireux de s’ériger en opposition au gouvernement, Les Républicains ont lancé un véritable ultimatum aux constructifs et ministres issus de leur rang. En résumé, il s’agit de faire un choix : Rupture avec Macron ou rupture avec les Républicains.

Grand parti démocrate ou alliance à l’allemande. Macron plus enclin à la première option ?

« Avec En marche !, nous avons créé un outil suffisamment inclusif pour qu’il puisse être ouvert à toutes les bonnes volontés sans avoir à transiger quoi que ce soit sur le fond […] On est donc tout à fait prêt à les accueillir s’ils le veulent […] La porte de La République en marche a toujours été ouverte, à condition que les gens nous rejoignent sur la base de notre projet. Or il se trouve qu’il existe une proximité idéologique assez forte entre les Constructifs et nous ». Difficile d’être plus direct et explicite que Stanislas Guerini, député LREM de Paris. Du côté de l’aile gauche de la formation d’Emmanuel Macron, la pression a clarifier les positions est aussi forte. « Aujourd’hui, ils sont plus “destructifs” vis-à-vis de la droite que “constructifs” vis-à-vis de la majorité » estime ainsi une élue francilienne, alors que seule la figure de Solère semble réellement cliver.

Il y a aujourd’hui deux options sur la table : soit on s’oriente vers un grand parti démocrate, ce qui est le choix de Bruno Le Maire, soit on tente de faire une coalition à l’allemande avec des accords programmatiques

Un ministre du premier cercle au Figaro

Il s’agit là de deux options réelles de la réorganisation du pouvoir des classes dominantes en France. L’hypothèse d’un grand parti démocrate, occupant tout l’espace au centre, avec à sa droite le Front National et à gauche la France Insoumise comme principaux opposant semble être l’option la plus avantageuse pour Emmanuel Macron. L’ensemble des déclarations et de la politique de La République En Marche, tant en amont que dans la post-présidentielle, tend à la formation de cet appareil couvrant l’ensemble de l’espace « centre gauche-centre-centre droit ». A ce titre, le positionnement des « Constructifs » dans la prochaine période est une donnée essentielle et constitue un tournant pour l’ensemble du processus de recomposition de l’échiquier politique français.

Cependant, le danger de cette configuration où un seul parti occupe tout cet espace politique c’est que face à un éventuel effondrement de ce parti les options restantes seraient beaucoup moins liées organiquement à l’establishment français, aussi bien à droite (FN) qu’à gauche (La France Insoumise).

Crédits photo : Martin BUREAU / AFP




Mots-clés

LREM   /    Emmanuel Macron   /    Les Républicains   /    Politique