^

Politique

Recalé à la primaire du PS

Mais qui a peur de Gérard Filoche ?

Le Canard enchaîné écrivait la semaine dernière « Filoche leur fout la pétoche », aux dirigeants du Parti Socialiste. Après que jeudi aient été acceptés 9 candidats par la « Haute Autorité » de la primaire, samedi, cette dernière est revenue sur sa décision pour n'accepter finalement que 7 challengeurs, en excluant notamment Gérard Filoche, ce que celui-ci a appris par voie de presse. Filoche a immédiatement contesté la décision de l'appareil du parti, et a annoncé qu'il déposerait un recours.

Léo Valadim

L’argument donné par la Haute Autorité et la direction du parti est que Filoche manquerait de parrainages (en effet pour participer à la primaire, les candidats doivent recueillir le soutien d’un certain nombre d’élus PS. Or Sylvia Pinel (PRG), François de Rugy (Parti écologiste) ou encore Jean-Luc Bennahmias (Union des démocrates et des écologistes) ont été qualifiés sans devoir rassembler de parrainages. De même pour Montebourg qui quant à lui est suspecté d’un retard de cotisation de 50 000 euros selon le trésorier du groupe PS, Christian Bataille. Tous ont en commun d’être des anciens ministres de Hollande où de n’être aucunement des figures d’oppositions à celui-ci.

Filoche s’était quand à lui démarqué, notamment lors de la présentation du projet de loi Travail, en critiquant durement la réforme et en appelant même à la grève générale. Son exclusion des débats fait tâche, car c’est une démonstration de plus que si tous ces apparatchiks – qui ont pratiquement tous collaboré avec Hollande ou soutenu sa politique – se donnent des airs de « gauche », et pour contraster avec Fillon à l’approche de la primaire, et pour essayer de séduire une base sociale perdue (l’image en étant la plus caricaturale étant la volonté de Valls d’interdire le 49.3), ils ne prendront tout de même pas le risque d’une réelle opposition dans les débats avec l’ancienne gouvernance et la politique pro-patronale du PS. Selon le Canard Enchainé, il se dirait même à la direction du PS qu’avec "Filoche dans un débat, on est assuré de perdre au moins un million d’électeurs". La direction du parti doit réussir à les faire apparaître soudés, et que le candidat issu de la primaire, et notamment Manuel Valls, puisse se présenter aux élections sous de bons augures. Ce qu’il faut à tout prix éviter c’est que la primaire ne devienne la tribune du lynchage de sa politique, alors que celui-ci se retrouve dangereusement coincé entre Macron et Mélenchon.

Si la loi Travail n’avait pas suffi à Filoche pour qu’il quitte le PS, celui-ci continue à soutenir encore aujourd’hui la primaire et les deux candidat ex-ministres, Hamon et Montebourg ; Il risque de ne pas en être de même pour bon nombre de votants, que les successions de magouilles du PS ne vont pas encourager à aller voter à la primaire, alors que celle-ci a déjà beaucoup de difficultés à attirer du monde vers elle.




Mots-clés

Présidentielles 2017   /    Manuel Valls   /    PS   /    Primaire à gauche   /    Politique