^

Politique

Carburants

Malgré la colère des Gilets Jaunes, Philippe persiste sur la hausse des taxes au 1er janvier

Le premier ministre l’a confirmé ce matin : le gouvernement ne reviendra pas sur la hausse des taxes décidées au 1er janvier.

  •  « Augmenterez-vous comme prévu les taxes sur les carburants au 1er janvier ? » - « Oui, au 1er janvier ». La réponse donnée ce matin par Edouard Philippe au micro de Jean-Jacques Bourdin est sans équivoque, le gouvernement ne compte pas retirer la mesure qui a mis le feu aux poudres et a lancé le grand mouvement de colère qui ne semble pas près de s’arrêter.

    Celui-ci a justifié sa décision disant vouloir être « déterminé et raisonnable ». Mais en réalité, il s’agit surtout d’un profond mépris et entêtement face aux centaines de milliers de Français qui ont exprimé leur mécontentement dans les rues et la très large majorité (plus de 80%) qui soutient le mouvement. Parmi eux, ils sont nombreux ceux qui doivent accumuler les kilomètres dans leur voiture pour aller à leur travail, faire les courses sans autre possibilité que d’utiliser sa voiture.

    Cette intransigeance pourrait coûter cher au gouvernement, dans un contexte où les Gilets Jaunes ont annoncé leur intention de continuer le mouvement, mais aussi que les revendications portées par le mouvement ont largement dépassé la revendication initiale des taxes sur les carburants. Il s’agit d’une remise en cause de la politique générale du gouvernement, et il est clair que celle-ci ne s’obtiendra pas par la négociation mais par la construction d’un rapport de forces conséquent, face à un gouvernement qui fait aujourd’hui le pari du bras de fer, espérant que le mouvement s’épuise.




    Mots-clés

    Gilets jaunes   /    fiscalité   /    Édouard Philippe   /    Politique