^

Politique

Malgré le refus de Macron, Collomb maintient sa démission. Une nouvelle crise en macronie ?

Alors que Macron est en plein opération de communication pour tenter de reconquérir une opinion publique qui lui est de plus en plus défavorable, la démission en plusieurs épisodes de Gérard Collomb en rajoute à l'affaiblissement du président. Lundi 1er octobre, le ministre de l'Intérieur présentait sa démission, qui a été refusée par Emmanuel Macron. Ce qui n’aura pas suffi à convaincre le ministre de l’Intérieur qui vient de confirmer sa démission du gouvernement ! Décidément, rien ne va plus en Macronie…

Alors qu’Emmanuel Macron venait de refuser sa démission il n’y a pas 24h, on apprend que Gérard Collomb, Ministre d’Etat et de l’Intérieur, maintien son départ du gouvernement. Un coup dur pour Macron qui n’aura pas réussi à imposer l’ordre dans ses rangs déjà bien affaiblis. Ce dernier avait pourtant tenu à rappeler hier que c’est « le président de la République, sur proposition du premier ministre, [qui] nomme les membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions », dans une tentative desésperée de retrouver sa posture de monarque tout puissant. Mais c’est sans compter sur la détermination de l’ancien maire de Lyon.

Bien que Gérard Collomb mette en avant son « regret » de quitter le gouvernement, et qu’il donne pour prétexte son attachement à ne pas « troubler la marche du Ministère de l’Intérieur », dans un contexte où l’opposition n’a pas cessé de railler le gouvernement après l’annonce de ses velléités pour les municipales, il est clair que cette démission est le reflet de la crise qui s’est ouverte en Macronie. Désormais Macron devra attendre « les propositions du Premier Ministre » pour renouveler un des principaux ministères de son gouvernement, et alors même qu’il aurait souhaité attendre janvier 2019 pour procéder à son grand remaniement ministeriel.

Il y a deux semaines, Gérard Collomb, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron, annonçait déjà sa volonté de quitter le gouvernement pour se présenter aux prochaines élections municipales de Lyon, sa ville d’origine. Cette annonce faisait suite à une montée des tensions entre le Ministre de l’Intérieur et le Président qui s’était vu critiqué pour son « manque d’humilité », et avait déjà fait l’effet d’un véritable coup de tonnerre, révélant un approfondissement de la crise au sommet de l’État et la position de faiblesse d’Emmanuel Macron.

Effectivement cela venait faire mauvaise presse en cette rentrée politique où l’exécutif tente de reconquérir l’opinion, une tâche d’ampleur après ses contre-réformes anti-sociales du printemps, l’affaire Benalla et les nombreuses casseroles du gouvernement. Les annonces sur le « plan pauvreté » puis le « plan santé » devaient remplir cet objectif, mais sans succès. Plus récemment, c’est dans une opération de com’ en Guadeloupe que Emmanuel Macron a tenté d’apparaître comme « au contact des gens ». Mais là encore, entre paternalisme envers la population rencontrée et fausse proximité affichée avec les jeunes guadeloupéens, l’opération de com’ est un échec.

En résumé, Macron garde son image de président des riches et de l’ancien monde et face à cela, les rats quittent peu à peu le navire. Tous les efforts déployés par la Macronie pour redorer son image semblent bien dérisoires et peu efficaces face à l’ampleur de l’affaiblissement du président. Celui-ci apparait une fois de plus profondément affaibli et isolé, et est désormais bien loin de l’image du « maître des horloges » qu’il s’était donné jusque-là.

Crédits photo : AFP




Mots-clés

Gérard Collomb   /    Emmanuel Macron   /    Politique