^

Notre classe

Les enfants ne sont pas des marchandises

Manifestation des travailleurs sociaux : en marche vers le low-cost social

Correspondante

Des travailleurs du social se sont invités aux dixièmes Assises nationales de la protection de l’enfance qui se tenaient aujourd’hui à Paris, au Palais du Congrès. Bien que l’utilisation de lacrymogènes par la police ait empêché la libre expression des manifestants, elle n’a pas réussi pour autant à éviter que des collègues s’introduisent dans la réunion pour faire entendre le mécontentement de professionnels du secteur contre les mesures de casse de la protection de l’enfance.

Plusieurs centaines de travailleurs sociaux de différents types de structures, la Prévention Spécialisée, l’Action Educative en Milieu Ouvert, la Protection Judiciaire de la Jeunesse, se sont mobilisé, entre Pont de Neuilly et Porte Maillot, dès midi. Pour cause, la casse de la protection de l’enfance en cours. Les départements réduisent les financements ou imposent des apzpels à projet qui mettent en concurrence les différentes structures associatives. L’objectif est de choisir les « opérateurs » les moins chers, en subordonnant l’action sociale à la recherche du moins cher. Les conditions de travail et la qualité des services rendus aux publics se dégradent. De nombreux enfants en situation de danger avéré ne peuvent plus être protégés, en même temps que les équipes sur le terrain sont à bout.

Un de moments le plus émotifs a été l’arrivée de la combative délégation d’Angers, avec à la tête le collectif de marcheurs, qui a relié Angers-Paris en 7 étapes depuis le 27 juin, date à laquelle plus de 400 collègues du 49 ont entamé une grève reconductible, à l’appel de l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, FO et SUD. C’est du Maine-et-Loire que ce mouvement de protestation est parti. Cinq associations, financées jusqu’à là par le conseil départemental, se sont vue écartées de l’appel à projets du nouveau schéma initié par le Département. Elles dénoncent un choix « low cost » au détriment des plus de 700 enfants placés dans leurs foyers. Une opération de dumping social qui risque de laisser sur le carreau près de 400 salariés ainsi que les publics accompagnés.

Une belle journée d’action des travailleurs en lutte contre la marchandisation du social, plus que jamais nécessaire dans une société confronté à des inégalités croissantes.




Mots-clés

Secteur social   /    Paris   /    Notre classe