Notre classe

23 juin, Violences policières

Manifestation loi travail : "Un policier m’a chargé. Il m’a roué de coups et cassé la main"

Publié le 24 juin 2016

Alors que la répression policière est encore montée d’un cran, ce 14 juin, nous relayons un témoignage de John, étudiant, qui répondait à l’Obs Plus. Il revient sur le rassemblement parisien du 14 juin avec une main cassée et plusieurs hématomes sur les avant-bras.

ParJohn Bingham
Etudiant en sciences politiques

Depuis trois mois, les jeunes et les moins jeunes se mobilisent contre la loi travail. Dans les lycées, dans les universités, sur les lieux de travail et dans la rue, par des actions de grève, de blocage, de sabotage et des manifestations, le peuple français exprime son mécontentement face à cette loi que 64% des citoyens désapprouvent, mais aussi face à un gouvernement qui ne cesse de trahir ses promesses de campagne.

Alors que, contrairement aux dires des grands médias, la mobilisation ne cesse de s’étendre, la volonté des politiques de faire taire ce mouvement se fait ressentir de plus en plus intensément dans la rue.

Depuis trois mois, la répression des forces de l’ordre sur les opposants de la loi travail se renforce. Elles déploient un arsenal policier impressionnant à chaque mobilisation.

Un dispositif policier plus important que jamais

Pendant la manifestation nationale du mardi 14 juin contre la loi travail, le dispositif policier était plus imposant que jamais.

Les forces de l’ordre n’ont pas manqué de s’attaquer aux manifestants tout au long du parcours, les arrosant de gaz lacrymogène, de grenades de désencerclement et de coups de matraque, et on usé de grenades, flashball et canon à eau. Des dizaines de personnes ont été blessées, dont une dans un état grave.

Lors de cette manifestation, j’ai rejoint le cortège inter-fac qui s’était engagé sur le Boulevard du Port-Royal, sur le parcours qui menait de la place d’Italie aux Invalides.

Enveloppés dans un nuage de gaz lacrymogène

Dès le début de la manifestation, une tension palpable se fait ressentir entre les centaines de milliers de manifestants et les 1.500 policiers qui quadrillent les cortèges. Comme d’habitude, nous sommes rapidement enveloppés dans un nuage de gaz lacrymogène, mais parvenons tout de même à avancer.

Quand soudain, à l’entrée du boulevard du Montparnasse, je reçois un éclat de grenade de désencerclement sur la jambe droite, qui me brûle au niveau du tibia. De nombreuses grenades lacrymogènes scindent le cortège en deux. Une ligne de policiers en tenue anti-émeutes avance entre les deux cortèges.

Plus loin sur le boulevard du Montparnasse, après trois charges successives, au lieu de s’arrêter au bout d’une dizaine de mètres, comme ils ont l’habitude de le faire, une ligne importante de CRS charge sur une trentaine de mètres, créant un mouvement de panique. Les manifestants se tassent les uns contre les autres ; impossible de sortir de la foule.

"Toi, je vais te défoncer"

Alors qu’ils ne sont qu’à quelques mètres d’un regroupement de personnes quicherchent à s’enfuir, les CRS commencent à crier et à foncer sur nous en donnant des coupsde matraque. Je me défends comme je peux avec la banderole que je tiens, mais on me l’arrache des mains.

Un CRS pointé en face de moi me désigne avec sa matraque et dit :

"Toi, je vais te défoncer."

Il s’abat sur moi et vise ma tête. Heureusement, de vieux réflexes d’auto-défense, qui remontent à mes cours de karaté lorsque j’étais enfant,me permettent de prendre sur les bras plusieurs coups qui avaient pour cible mon crâne.

Ne pouvant pas m’échapper, je me prends coup de matraque sur coup de matraque sur les avant-bras, avant de réussir à prendre la fuite.

Neuf coups de matraque, la main gauche cassée

Résultat : neuf coups de matraque, dont un sur le crâne, des hématomes partout sur les avant-bras et sur la jambe droite, et la main gauche cassée. Ces blessures me coûtent un mois et demi d’incapacité totale de travail, d’arrêt de travail, un mois de plâtre et deux mois de rétablissement pour ma main gauche.

Pour porter plainte, j’ai deux solutions : soit le faire dans un commissariat de police, soit à l’IGPN. Mais dans son rapport de 2012, Amnesty International dénonce l’IGPN pour placer les "policiers au-dessus des lois".

Je me souviens alors que lorsque je suis allé au commissariat du 5earrondissement de Paris pour porter plainte contre la police, pour avoir reçu un éclat de grenade de désencerclement dans le dos, l’officière de la police judiciaire m’avait menacé d’ouvrir une enquête sur moi si je portais plainte.

Mes solutions sont limitées. Il me reste à saisir le Défenseur des droits. Le matricule du CRS n’était pas visible au moment de l’attaque : il y a peu de chances que ça ne débouche sur quoi que ce soit.

Le bilan de la manifestation du préfet de police de Paris, M. Cadot, est saisissant : 1.500 grenades lacrymogènes et 175 grenades de désencerclement ont été lancées sur les manifestants.

Alors que les médias crient au scandale par suite aux violences des "casseurs", les violences policières sont passées sous silence.

Au moment où le Comité contre la torture de l’ONU dénonce les violences policières en France, il me semble important de penser à la qualité de la démocratie dans un pays où le droit de manifester est si violemment attaqué.