Politique

Solidarité de corps, réactionnaire et raciste

Manifs de flics. Le précédent de l’affaire Amine Bentounsi

Publié le 19 octobre 2016

Ce n’est pas la première fois que les policiers manifestent en uniforme et durant leur service. En juin 1983, sous le gouvernement Mauroy, ils avaient été 2500 à se rassembler place Vendôme sous les fenêtres du ministre de la Justice de Mitterrand, Robert Badinter, à la suite de la mort de deux fonctionnaires tués par des cambrioleurs. Les socialistes, déjà, avaient su se montrer compréhensifs en dépit du caractère ouvertement réac de la manif, interpellant et insultant celui qui avait fait voter, deux ans auparavant, l’abolition de la peine de mort. Le Directeur Général de la Police avait été débarqué. Mais la dernière grosse manif de flic en date remonte à 2012 et reste liée au meurtre d’Amine Bentounsi.

Corinne Rozenn

En avril 2012, dans l’entre-deux tours de la présidentielle, plusieurs centaines défilent, sirènes hurlantes et en uniforme, sur les Champs-Élysées. Ils manifestent de nuit contre la mise en examen d’un gardien de la paix, Damien Saboundjian, pour homicide volontaire dans le cadre de l’affaire Amine Bentounsi, abattu quelques jours auparavant à Noisy-le-Sec.

En cavale à la suite d’une permission de sortie, condamné en 2005 à huit ans de réclusion pour braquage de supermarché, Bentounsi avait été dénoncé le 21 avril 2012 et repéré devant un bar de Noisy. Poursuivi par la police, il tente de fuir mais tombe, quelques minutes plus tard, sur l’un des policiers à sa recherche. Ce dernier, Saboundjian, dit avoir été « pris de panique » car il aurait été mis en joue par Amine Bentounsi. L’enquête dira en réalité que Bentounsi était bien armé au moment des faits mais que les policiers ne le savaient pas et qu’à aucun moment Bentounsi n’a montré son arme. Le gardien de la paix tire quatre balles dans sa direction. Amine en reçoit une dans le dos. Elle lui sera fatale. C’est donc à la suite de ce meurtre que les flics descendent dans la rue. En janvier 2016, près de quatre années plus tard, le policier a été acquitté par le tribunal de Bobigny. La justice, dirigée à l’époque par Christiane Taubira, sait se montrer compréhensive.

Permis de tuer, permis de manifester avec son arme de service : les socialistes savent rendre de fiers services à la police. Qu’ils ne se plaignent pas, par la suite, si cette dernière vote massivement pour l’extrême droite. Dans d’autres situations historiques, c’est ce genre de scénarios qui ont fait le terreau de toute sorte de complots et de coups tordus au sein des forces de « sécurité ». Hollande, Valls, Cazeneuve et Urvoas feraient bien de revoir leurs classiques.

partager

Mots-clés