^

Monde

Reportage vidéo

« Marielle, presente ! » Dans la ville de Coimbra aussi la solidarité internationale avec Marielle Franco s’organise

Lundi 19 mars, plus de 150 personnes se sont réunies dans la ville de Coimbra au Portugal (région Centre) en solidarité avec Marielle Franco, militante féministe brésilienne et conseillère municipale sauvagement assassinée mercredi dernier.

L’annonce de l’assassinat brutal de Marielle Franco mercredi 14 mars a eu l’effet d’une bombe. Partout dans le monde, les rassemblements de soutien se sont multipliés.. En Amérique Latine et au Brésil, ce sont des milliers de personnes qui ont défilé dans les rues.
Et pour cause, la brutalité avec laquelle l’Etat brésilien s’est empressé de faire taire Marielle Franco, quelques jours après que celle-ci ait dénoncé l’intervention militaire à Rio de Janeiro, a de quoi glacer le sang.

Marielle Franco était un symbole de combativité. Issue de la favela de la Maré, cette « femme, noire, mère, issue des favelas » était parvenue à « contrarier les statistiques ». Sociologue de profession et députée du Parti Socialisme et Liberté (PSOL) à l’Assemblée municipale de Rio de Janeiro, elle utilisait cette fonction afin de faire entendre la voix des femmes des favelas et menait un travail de défense des droits humains. Femme de luttes, elle revendiquait son origine des favelas et « faire de la politique autrement ». Elle jouait également un rôle important dans l’émancipation des lgbt et des personnes racisées.

Son assassinat a eu lieu quelques temps après qu’elle ait dénoncé l’intervention militaire à Rio et souligné les scandales parlementaires croissants dans des institutions toujours moins démocratiques. Bien que toute la lumière n’ait pas encore était faite, on sait aujourd’hui que les balles qui ont tuées Marielle et son chauffeur Anderson Gomes sont bien celles de la Police Fédérale.

Dans un contexte où le Brésil subit des offensives réactionnaires particulièrement fortes cet assassinat entend signifier aux femmes noires qu’elles devraient rester à leur place, en silence. Mais c’était sans compter les vagues de femmes qui, face à cet assassinat, n’ont pas voulu se taire. A Coimbra aussi des femmes et des hommes ont voulu joindre leur voix à ces milliers d’autres.

Solidarité féministe et internationaliste autant qu’il le faudra !

Merci à l’Assembleia Feminista de Coimbra d’avoir répondu à nos questions.

Montage : Kenza Soares
Sous-titrage : Nicolas Rossel




Mots-clés

Féminisme    /    Droits des femmes   /    Brésil   /    Monde