^

Politique

Programme de dupes

Marine Le Pen, candidate des classes populaires, vraiment ?!

Qualifiée pour le second tour face au candidat Emmanuel Macron, la figure du libéralisme et du bling bling, Marine Le Pen tente de se faire passer pour la candidate du peuple et des classes populaires. Décryptage sur quelques points de son programme…

Priorité nationale pour mieux faire passer le reste

 
Au moyen de la « priorité nationale » dans l’accès à l’emploi et aux allocations sociales, pour flatter la part raciste de son électorat, le FN cherche à faire oublier l’ensemble de ses mesures destinées aux entreprises : une baisse de l’impôt sur les sociétés de 33 à 24 %, la poursuite du CICE. En plus de cela, le FN ajoute une raison de ne pas augmenter les salaires, puisqu’il propose une « prime de pouvoir d’achat » pour les bas salaires et les petites retraites. A la surface, ça peut plaire, mais en creusant un peu on comprend que, versée directement par l’État, elle ne coûte rien aux patrons et n’est pas un salaire, donc n’est pas soumise à cotisation sociale et ne compte ni pour la retraite, ni pour le calcul des indemnités journalières, ni pour le chômage... Un vrai cadeau aux employeurs, pris en charge par l’État : rien de nouveau sous le soleil !

35 heures et Loi Travail ? Foutaises

 
Le FN met aussi en avant l’abrogation de la Loi Travail et le maintien de la durée légale du travail à 35 heures... Mais le même programme précise que les négociations sur la durée de travail se feront au niveau des branches professionnelles, ce qui vide de tout sens ce maintien de la durée légale puisque si l’accord le prévoit, les salariés devront travailler plus de 35 heures sans être payés en heures supplémentaires... Comment donner d’une main ce que l’on a déjà invalidé de l’autre. Sur la loi travail, même grand écart : on la supprime, mais puisque l’accord de branche peut être plus défavorable que la loi, on maintient l’inversion de la hiérarchie des normes... Le FN, ou comment brasser de l’air en mimant la tempête. En définitive, Le Pen peut bien supprimer symboliquement la Loi travail, puisque ça ne changera rien à la réalité du terrain. Un pur effet d’annonce, pour récupérer le mouvement social du printemps dernier sans que ça ne coûte rien aux patrons.

Retraite à 60 ans, mais héritage tous les 5 ans

 
Autre exemple : le FN propose de fixer l’âge de la retraite à 60 avec 40 annuités de cotisations pour le taux plein... Il faut donc commencer à travailler à 20 ans pour bénéficier d’un taux plein ! La mesure est parfaitement hypocrite. Le FN propose également de rehausser progressivement le plafond du quotient familial, dispositif qui favorise les familles les plus aisées, et qui, avec cette hausse sera donc de plus en plus réservé à celles-ci. Vous avez dit classes populaires ? Circulez, y a rien à voir.

Dans le même registre, le FN propose une mesure d’allègement de la fiscalité des héritages : les parents pourront transmettre à chacun de leurs enfants 100 000 € tous les 5 ans sans taxation. On se sent vraiment très concernés. Venant de la part d’une riche bourgeoise dont la fortune du père provient d’un héritage aux origines douteuses, on comprend néanmoins l’empressement.

Services publics, très policiers

 
Concernant les services publics, le FN met en avant l’égalité d’accès, dans la partie du programme qui est destinée directement aux classes populaires. Mais là encore, pur verbiage : le FN voudrait sans doute renforcer l’égalité d’accès en n’embauchant dans les services publics que des gendarmes et des policiers (les seules créations de postes qui soient chiffrées). Et tout le reste des propositions du FN sur l’économie est en contradiction avec ce soi-disant souci de l’égalité d’accès : sur les services publics, on nous parle du renfort des normes, du contrôle, de la sécurité, de la régulation, mais nada sur l’augmentation des personnels hospitaliers, sur le nombre de profs, sur les conditions de travail dans ces milieux, ou encore à la Poste, à la SNCF... C’est le grand foutage de gueule.

En réalité, rien pour les crasseux et les mal rasés

 
L’héritière n’a donc rien à proposer qui nous concerne, même si à grands renforts d’effets d’annonce elle se présente comme la voix des classes populaires. Le FN flatte le désespoir politique d’une partie de notre classe à des fins électoralistes, et tente de ratisser large jusqu’aux électeurs de Mélenchon, mais une analyse un peu sérieuse de son programme démontre dès maintenant que les classes populaires ont tout à perdre à écouter ses fables. Dès qu’on remue un peu la vase, on y voit plus clair : jamais le FN ne défendra les intérêts de notre classe, et s’il donne l’illusion de le faire, c’est par pur intérêt électoral !

Source Photo : DailyMail




Mots-clés

Marine Le Pen   /    Présidentielles 2017   /    FN   /    Extrême-droite   /    Politique