^

Politique

5 millions d'euros

Marine Le Pen mise en examen

Après avoir cherché pendant des mois à profiter du « PenelopeGate » contre son adversaire de droite, Marine Le Pen est mise en examen pour avoir utilisé l'argent du Parlement Européen pour financer des membres du Front National.

5 millions d’euros. C’est la somme que le Parlement Européen soupçonne le parti de Marine Le Pen d’avoir détourné. Marine Le Pen elle-même fait partie des dix-sept élus européens du Front National qui seraient dans le viseur. Ceux-ci auraient utilisé les fonds disponibles pour leurs assistants parlementaires pour financer les cadres et permanents du parti. Un comble quand le Front National cherche à se présenter comme un parti opposé à l’Union Européenne et « la dictature de Bruxelles » !

Après avoir cherché à utiliser son immunité parlementaire pour échapper aux juges pendant la campagne électorale, la présidente du parti d’extrême-droite a dû se présenter au pôle financier ce vendredi 30 juin, une semaine après que l’élu FN et compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, ait refusé de se rendre à une convocation de police. Décidément, au Front National, on aime essayer d’échapper à la justice le plus longtemps possible... Mise en examen pour abus de confiance et complicité d’abus de confiance, Marine Le Pen a d’ailleurs d’ors et déjà affirmé sa volonté de déposer un recours contre cette mise en examen, sous prétexte du principe de séparation des pouvoirs.

L’ouverture de cette procédure judiciaire tombe bien mal pour le Front National, qui traverse une crise après son échec à l’élection présidentielle, qui ravive les tensions entre les différentes sensibilités politiques en son sein. Des tensions qui se sont soldées, cette semaine, par la mise à la porte de deux cadres frontistes et de Sophie Montel, proche de Florian Philippot, dans le cadre d’une lutte interne autour de la « refondation » du Front National. Mais si le parti traverse bien une discussion d’orientation, un élément semble bel et bien faire accord entre les différents membres : profiter, sans hésitation, de l’argent des travailleurs au sein des institutions déjà bien pourries de la Cinquième République et de l’Union Européenne.




Mots-clés

Marine Le Pen   /    Union Europénne   /    FN   /    Politique