^

Politique

Premier pas avant le retour ?

Marion Maréchal-Le Pen s’exprimera à Washington devant un parterre de conservateurs

Marion Maréchal Le Pen avait annoncé, en mai dernier, à la suite de la défaite du FN au second tour des élections présidentielles, son intention de mettre entre parenthèses ses activités politiques. Les raisons personnelles avancées alors ne suffisaient pas à écarter l’éventualité d’un calcul politique de moyen terme en vue du congrès de refondation du parti d’extrême droite prévu pour le printemps prochain. Premier pas avant un retour définitif ?

Derrière le score record du FN, une défaite et la crise d’un modèle politique

En dépit du score historiquement élevé enregistré par le front national au soir du second tour des présidentielles, c’est comme une défaite politique que le résultat a été accueilli. Le débat de l’entre-deux-tours extrêmement mal négocié par la candidate frontiste a été le point de cristallisation des tensions qui opposaient jusqu’alors de façon larvée les représentants de la « dédiabolisation » et du programme national-social, incarnés par Florian Philippot et Marine Le Pen notamment, et l’aile traditionaliste et identitaire dont Marion Maréchal Le Pen a été la représentante déclarée. Les contradictions qui opposaient ces deux blocs sont parvenues à se concilier tant que durait l’idylle électorale amorcée par le tournant « social » et souverainiste de l’après-2007. Il était donc nécessaire que la déroute symbolique et politique plonge le parti dans la crise et conduise à des règlements de compte, crise largement confirmée par le départ de Florian Philippot, cadre emblématique des dernières années. Que penser dans ce contexte du départ de Marion Maréchal Le Pen ? Il y a en effet fort à parier que le but de la manœuvre était d’éviter la période trouble de la crise et de revenir en temps voulu, peut-être pour le congrès ?

Un discours aux airs de coup politique

Le rendez-vous annuel des conservateurs est une échéance importante dans laquelle interviendront notamment Mike Pence, le vice-président des Etats-Unis, Nigel Farage, leader du parti pro-brexit d’extreme-droite Ukip, et Donald Trump. L’intervention de Marion Maréchal Le Pen ne saurait donc être qualifiée d’opération anecdotique. Au contraire, celle-ci a tout du coup politique annonçant un retour. Et ce d’autant plus que cette opération s’inscrit assez bien dans la ligne que probablement le FN entendra se donner au sortir de son congrès prochain : Revêtir les habits du parti de gouvernement, crédible aux yeux d’un patronat qu’il n’a jamais su véritablement convaincre et dans un contexte de crise non résorbée du bipartisme classique. Après l’échec de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle sur la ligne Philippot, c’est bien l’aile identitaire ultra-libérale qui a le vent en poupe et l’ancienne dirigeante frontiste semble ne pas vouloir laisser passer sa chance.

Crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP




Mots-clés

Marine Le Pen   /    FN   /    Etats-Unis   /    Politique