Notre classe

Revenir encore plus fort

Meeting unitaire au Havre : en route pour l’abrogation de la loi travail !

Publié le 30 août 2016

Au Havre s’est tenu hier soir un meeting unitaire pour discuter de la reprise de la lutte contre la loi travail sur la ville avec un seul objectif : revenir plus fort !

Maryline Dujardin

L’idée de ce meeting était avant tout de se réunir pour préparer la rentrée militante avec en ligne de mire l’abrogation de la loi travail. Le Havre qui depuis le mois de mars à tenu 14 journées de mobilisations avec en juin une manifestation montant jusqu’à 35 000 personnes, la ville complètement bloquée au plus fort du mouvement avec un grand soutien de la population, des usines, comme celle de Total, complètement arrêtées ou le port du Havre bloqué… bref, une ville où la détermination à faire reculer le gouvernement est exemplaire.

À la tribune des représentants syndicaux (CGT,FO, Sud, Solidaires, Unef, FSU) ; dans l’assemblée des travailleurs syndiqués ou non, retraités, privés d’emplois, étudiants. Les discussions sont introduites par les représentants de la tribune et l’assemblée prend tour à tour la parole pour faire un point sur la situation politique ou proposer des moyens d’actions.

Les mois de mobilisations du printemps ont été présentés comme ceux qui ont permis à la jeunesse et aux travailleurs de relever la tête, de reprendre confiance en leurs propres forces. La possibilité de faire reculer le gouvernement a plusieurs fois été touché du doigt.

Durant ce meeting ont été discutés les moyens d’action pour lutter contre la loi travail, avec comme préférence le blocage économique qui reste encore selon une large partie de l’assemblée le moyen le plus efficace pour faire plier patronat et gouvernement.

Durant les prises de paroles de l’assemblée la grève générale comme seule issue possible pour abroger la loi travail et infliger une défaite sociale au gouvernement est souvent revenue, mais également poser la grève générale comme but pour massifier le mouvement avec la certitude qu’une perspective telle donnerait l’envie et la force à de nouveaux secteurs de se mobiliser.

Durant les interventions a été évoqué la Loi Peeters en Belgique équivalente à la loi travail en France et qui rencontre aussi peu de succès. Il est d’ailleurs discuté en ce moment entre les syndicats des deux pays de faire tomber des dates de mobilisations concomitantes, puisque la France n’est pas isolée dans les attaques patronales.

À aussi été discutée la question de la répression policière mais aussi patronale avec plusieurs militants intimidés ou menacés sur leurs lieux de travail durant les mois de mobilisations, avec une chasse aux syndiqués dans plusieurs boîte. Et comme toute réponse il a été décidé de faire en sorte que la peur change de camp et que ce soit au tour du patronat de trembler. En commençant par Michel Segain président de l’Union Maritime et Portuaire et qui a accordé il y a quelques jours un entretien au journal Paris Normandie cherchant à intimider syndiqués et opposants au projet de loi. En réponse à l’article publié sur le journal qui depuis le début du mouvement contre la loi travail se plaît à donner la parole au patronat et à la bourgeoisie havraise pour calomnier les manifestants, une réponse à cet article a été proposée par l’intersyndicale et votée à l’unanimité par l’assemblée, nous la reproduisons ici :

Au Havre les mobilisations reprennent de plus belle et ce dès le 15 septembre avec des manifestants déterminés, certains disent même ne pas attendre grand chose des prochaines élections mais beaucoup de la prochaine lutte des classes.