^

Politique

Législatives

Mélenchon se présente à Marseille pour « tourner la page » du PS

Ce jeudi, Jean-Luc Mélenchon a tenu une conférence de presse à Marseille, ou l'ex-candidat à la présidentielle briguera un mandat de député lors des prochaines législatives. L'occasion de tacler le PS, et se poser en leader de la reconstruction « à gauche ».

Crédits photo : LCI

Jean-Luc Mélenchon a arrêté sa décision quant aux législatives : il se présentera dans la 4e circonscription de la cité phocéenne, qui englobe entre autres le Vieux-Port où il avait tenu son meeting devant 70000 personnes des quartiers populaires. Dans cette circonscription, le candidat de la France Insoumise était passé loin devant Macron, Le Pen et Fillon, avec 39,09% des voix.

Entre Mennucci et Mélenchon, le torchon brûle déjà

C’est peu dire que le choix de Jean-Luc Mélenchon de se présenter candidat dans la 4 ? circonscription de Marseille pour les législatives fait parler. La France Insoumise était déjà au centre des débats en ce qui concerne l’absence d’accord avec le Parti Communiste pour présenter des listes communes ou, à minima, pour ne pas voir des situations d’oppositions entre FI et PCF. C’est aujourd’hui Patrick Mennucci, député et candidat PS de la 4 ? circonscription de Marseille, et qui sera donc opposé au leader de la France Insoumise, de lancer la charge.

Jean-Luc Mélenchon a choisi de venir affronter un député socialiste qui a fait son travail. Il veut affronter la gauche, il veut affronter la gauche de gouvernement, la gauche responsable.

Patrick Mennucci, député et candidat PS de la 4ème circonscription de Marseille, sur RMC

« C’est pas la peine qu’il aille nous chercher des Odyssées d’Ulysse. C’est tout simplement l’acte d’une personnalité qui nous parle à longueur d’interviews de la VIe République et qui agit comme une personnalité de la IVe[…] Jean-Luc Mélenchon peut-être pensait-il qu’il allait arriver dans un lit de roses. Nous sommes dans une situation politique qui nécessite la clarté. Puisque c’est lui qui est venu choisir l’affrontement, eh bien, l’affrontement sera complet. Il a été aveuglé certainement par son meeting du Vieux-Port mais Marseille, ce n’est pas une carte postale » a ainsi déclaré le candidat-député PS, visiblement remonté de devoir affronter Jean-Luc Mélenchon pour briguer un nouveau mandat à l’Assemblée Nationale. Ce dernier a d’abord rétorqué par la boutade, annonçant qu’il dégusterait avec Patrick Mennucci « une bonne bouillabaisse » lors de sa première conférence de presse à Marseille, avant de justifier sa candidature en Bouches du Rhône. « Marseille est une ville de parachuté de la vie […] A Marseille, on ne peut ne pas voir la misère, les ravages de la destruction des services publics ». Une décision de se présenter à Marseille tout à fait politique donc, pour surfer sur la dynamique de la campagne de la France Insoumise et tenter d’emporter une victoire significative dans la seconde ville de France.

Rayonner depuis Marseille pour se poser en reconstructeur de la « gauche » ?

Jean-Luc Mélenchon l’affirme tout haut depuis sa défaite au premier tour de la présidentielle, il rêve de voir déferler une vague insoumise aux législatives, et ainsi devenir le leader de l’opposition à la présidence Macron.

Je ne suis pas là pour défier le PS, je suis là pour le remplacer. Je me présente pour tourner la page

Jean-Luc Mélenchon en conférence de presse à Marseille

Cette phrase forte ne laisse guère place au doute. Face à un Parti Socialiste qui a connu l’une de ses pires défaites électorales en avril dernier, et qui n’est aujourd’hui qu’un vaste champ de ruine, il ne s’agit plus de se cacher. L’objectif est bel et bien de faire émerger une force politique à même de prendre la place laissée vacante pour la formation de la rue de Solferino. Une stratégie claire, que Patrick Mennucci compte bien freiner. « Vous savez, les Marseillais n’aiment pas les personnages instables comme lui. Au soir du 23 avril, il a montré cette instabilité quand il n’a su trancher entre le Front national et la démocratie ». Là aussi, la réponse de l’intéressé est cinglante : « Marseille, c’est la France ! […] Il y a ici une volonté des élites politiques à se replier sur soi ». Ainsi, c’est bien depuis Marseille que Jean-Luc Mélenchon entend partir à la conquête d’un leadership et s’imposer comme force incontournable de la gauche institutionnelle. Un pari osé qui, au vu de la multiplication des candidatures et des mouvements émergeant au sein de cette même gauche institutionnelle, pourrait aboutir sur un camouflet au scrutin législatif. Ce qui est sûr, c’est que la guerre est déclarée, et les élections de juin prochain semblent avant tout être une étape principale pour cristalliser le rapport de force politique à la gauche de l’échiquier. Une situation qui, pour l’heure, reste totalement instable, et qui ne manquera pas de se convulser au rythme de tournants aussi brusques qu’imprévisibles.




Mots-clés

Législatives 2017   /    Jean-Luc Mélenchon   /    Marseille   /    PS   /    Politique