^

Notre classe

Manifestation le 22 septembre à Bordeaux !

1000 suppressions d’emploi à Ford Blanquefort : on traverse la rue ou on la prend ?

Le seul candidat ouvrier à la présidentielle Philippe Poutou, porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste, est l'un des nombreux travailleurs de l'usine Ford Blanquefort qui vont perdre leurs emplois suite à la fermeture prochaine du site de production de Blanquefort. Face à ce constat les ouvriers de l'usine n'entendent pas rester passifs mais projettent de durcir leur lutte, notamment autour de la manifestation de ce samedi 22 septembre.

Crédit photo : CGT Ford

Phillippe Poutou a incarné durant la présidentielle de 2017 une candidature issue des classes populaires et du monde du travail, ouvertement critique des politicards de carrière représentant le monde des riches. Ce profil atypique de candidat à la présidentielle, un profil ouvrier, est parfaitement résumé dans cette citation de Philippe Poutou lors du débat télévisé du 4 avril 2017 qui avait réuni l’ensemble des candidats : « A part Nathalie Arthaud, autour de ces pupitres, je crois que je suis le seul à avoir un métier normal ».

Portant la voix de ceux qui ne peuvent se faire entendre, les travailleurs et les opprimés du système capitaliste, il a pu faire apparaître en public un discours alternatif à celui de la caste politicienne traditionnelle.

C’est notamment durant le grand débat que Philippe Poutou a pu être remarqué, par ses déclarations contre François Fillon avec la célèbre phrase : « François Fillon, plus on fouille plus on sent la corruption, la triche, ce sont des bonhommes qui nous expliquent qu’il faut la rigueur, l’austérité alors qu’ils piquent dans les caisses ». On se rappelle aussi des attaques contre Marine Le Pen et la question de l’immunité parlementaire, habilement reprise par Philippe Poutou pour rappeler que le monde du travail quant à lui n’a pas d’« immunité ouvrière » face à la justice.

Aujourd’hui, ce candidat qui a un « métier normal » est en passe de perdre son emploi. Lui et ses camarades ouvriers de l’usine Ford de Blanquefort font face à une décision unilatérale de fermeture de l’usine. En effet le 7 juin dernier, le Conseil d’Entreprise de Ford Europe s’est réuni sur le site de Blanquefort pour décider de l’avenir de l’usine. La décision est sans appel pour les ouvriers qui vont devoir faire face à la fermeture de leur usine avec PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi).

En cette rentrée 2018, les ouvriers de Ford ne comptent pas se laisser mettre à la porte sans résistance et commencent à construire une mobilisation autour de la manifestation du 22 septembre prochain. Symboles de la résistance ouvrière, les salariés de Ford Blanquefort ont besoin du plus large soutien de notre classe.

Cette manifestation, au-delà du soutien moral direct qu’elle apporte aux salariés de l’usine en question, doit être la preuve d’une solidarité ouvrière prégnante. Et ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un ex-candidat à la présidentielle qu’il faut se mobiliser mais bien parce que lui et ses camarades font partie de la classe ouvrière, classe qui subit sans cesse les attaques anti-sociales du gouvernement et face auxquelles seule la solidarité et la détermination peut faire changer le rapport de force.

Contrairement à ce que déclare Macron, « Traverser la rue » n’est pas une option pour les travailleurs qui perdent leur emploi. La rue, il s’agit plutôt de la prendre, face à ce gouvernement des riches et du patronat !

Tous et toutes dans la rue ce samedi 22 à 14 h sur la place de la République de Bordeaux, pour soutenir nos camarades de Ford et faire preuve d’une solidarité de classe sans failles !




Mots-clés

immunité ouvrière   /    Ford   /    mouvement ouvrier   /    Philippe Poutou   /    Bordeaux   /    NPA   /    Notre classe