^

Société

Alors, on se sent en sécurité ?

Mise en œuvre du plan « BAC-PSIG », nouveaux jouets pour les forces de l’ordre

Source photo : site Désarmons-les Léo Valadim Le ministre de l'intérieur B. Le Roux s'est rendu la semaine dernière dans l'Établissement central logistique de la Police Nationale à Limoges, là où sont préparés les véhicules, équipements et armements des forces de l'ordres, pour célébrer la mise en oeuvre du plan « Bac-PSIG » datant de 2015 ainsi que de celui datant d'octobre 2016. Les nouvelles armes et équipements sont actuellement en cours de livraison dans les commissariats du pays.

Le plan « Bac-PSIG » avait notamment occasionné le lancement de l’unité de gendarmerie « Sabre », unité d’élite équipée d’armes de guerre. Mais ce fameux plan, qui s’élève à 17 millions d’euros vise aussi à renforcer les équipements de la BAC avec de nouveaux fusils mitrailleurs, des casques balistiques, des gilets pare-balles lourds et 340 nouveaux véhicules. Prétexté par les attentats terroristes, ce plan vise donc notamment à grandement renforcer la Brigade Anti Criminalité, unité qui n’a pas comme prérogative la lutte anti-terroriste mais bien plutôt la répression et le harcèlement des quartiers. À ce plan s’ajoute un second qui concerne quant à lui 250 millions d’euros ! Dans la même veine, celui-ci vise également à renfoncer les forces de l’ordre en matériel répressif.

Parmi ce nouvel attirail, il y a notamment le pistolet mitrailleur HK-UMP et le fusil d’assaut HK-G36. Ces deux armes de guerre sont fabriquées par la firme allemande Heckler & Koch, qui vend également de ces modèles à l’Arabie Saoudite, entre autres régimes réputés démocrates… Le premier est livré en 330 exemplaires et le second en 690. Le G36 est notamment capable de percer un gilet pare-balles et a une fréquence de tir de quelques 12 balles par secondes. Il s’agit là de deux armes qui ont été déployées lors des révoltes de Beaumont sur Oise qui avaient suivi l’assassinat d’Adama Traoré par les gendarmes cet été.

Alors que l’on compte chaque année en France entre 10 et 15 morts par an tués par la police, on peut s’attendre au pire avec de tels équipements. Alors que les travailleurs et une partie de la jeunesse ont relevé la tête au printemps contre la Toi Travail, et que plus récemment celle des quartiers s’est mobilisée suite à l’assassinat d’Adama et au viol de Théo, les autorités se préparent à des affrontements de plus grande ampleur. Raison de plus pour nous y apprêter nous aussi, en nous organisant le plus largement possible dans les boites, les lieux d’études et les quartiers.




Mots-clés

Violences policières   /    Répression   /    Société