Monde

Tribune Libre

Monsanto Bayer = fusion de l’Agent Orange et du ZyklonB

Publié le 15 septembre 2016

Victorayoli

Monsanto, on connaît. C’est le prototype de la multinationale nuisible. Celle qui a inventé « l’agent orange », un produit tueur dérivé de l’herbicide 2,4,5-T, utilisé massivement par l’aviation étasunienne pour défolier les forêts du Vietnam où évoluaient les Viêt-congs. Résultats encore réels 50 ans après avec des palanquées de cancers et de malformations de naissance, mais aussi – retour du boomerang – des séquelles nombreuses chez beaucoup d’anciens combattants US. Monsanto est depuis des décennies responsable de scandales sanitaires à répétition ayant provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes : agent orange mais aussi PCB, dioxine, OGM, aspartame, hormones de croissance, herbicides Lasso et Roundup, etc...

Bayer, c’est un géant européen de la chimie. Il est bien connu pour l’aspirine ! Mais ce qui est moins connu, c’est que, avec d’autres piliers de la chimie allemande comme BASF, il est l’héritier du conglomérat IG Farben, fournisseur du Zyklon B, le gaz génécideur utilisé dans les camps de la mort nazis. Actuellement, ses pesticides néonicotinoïdes, vendus sous les marques Gaucho ou Proteus, alarment apiculteurs et chercheurs, car ils tuent les abeilles mais aussi moult autres bestioles, et leur impact sur notre santé inquiète. Bayer, c’est aussi un médicament anticholestérol à base de statines, retiré brutalement du marché en 2001 car il s’est en effet avéré toxique dans certains cas et a provoqué la mort de 52 patients.

Bayer Monsanto, c’est vraiment « l’union des affreux » ! L’un empoisonne le monde, crée de nouvelles maladies, et l’autre propose à des prix exorbitants les médicaments pour les soigner ! La combine doit être très juteuse puisque Bayer – pourtant très endetté - a trouvé auprès de ses complices banksters près de 60 milliards d’euros pour se taper Monsanto. Dépenser 60 milliards alors que le chiffre d’affaires cumulé des deux entreprises n’est « que » de 23 milliards par an semble une affaire hasardeuse. Eh ! Oh ! Les banquiers, ils aiment ça : créer un marché (les maladies) et proposer le remède ! Humm ! Y’a bon les thunes.

Mais la branche médicaments n’est pas la principale en jeu. Il s’agit aussi et surtout de mettre la main sur toute l’agriculture mondiale. Ceci en contrôlant un max de brevets. Ainsi, le nouveau monstre sera en mesure de vendre aux agriculteurs un paquet global : semences (si possibles OGM), engrais, pesticides chimiques, mais aussi équipements, « conseils », services climatiques et… assurances associés. Il ne reste plus au paysan qu’à trimer et casquer. Il sera sous l’emprise totale d’une seule entreprise maquerelle…

Autre danger, le poids que de telles fusions donne à ces multinationales dont la seule morale est le fric, le fric, le fric. Elles peuvent faire pression sur les députés, sur les gouvernements, sur les institutions internationales pour faire passer des réglementations obligeant les agriculteurs à utiliser leurs produits. À l’inverse, elles peuvent faire supprimer par les mêmes pressions toutes velléités de faire voter des lois ou règlements tendant à entraver voire seulement réglementer leurs bizness. Ces sombres réalités menacent l’ensemble des citoyens car elles risquent de mettre à mal notre souveraineté politique et notre indépendance alimentaire. Tout le système mondial risque de se retrouver confronté à trois énormes conglomérats en mesure d’imposer des politiques agricoles basées sur les semences OGM et les pesticides associés.

Cette volonté de main mise se camoufle derrière de belles paroles « altruistes » comme « La terre va devoir nourrir dans quelques années 10 milliards d’humains. Nous apportons la solution. » Ils pourrissent la terre, ils empoisonnent les humains, ils poussent les paysans au suicide, ils tiennent les gouvernements par la corruption et en plus il faudrait leur dire merci !
Va fa’n culo !

Phot X - Droits réservés

Source Le blog de victorayoli