^

Monde

Justice de classe

Monsanto en procès : la justice réduit amplement la somme due au jardinier Dewayne Johnson

Jugé coupable d’avoir agi avec « malveillance » pour avoir caché la nocivité de ses herbicides responsables de cancer, Monsanto avait été condamné à verser 289 millions de dollars de dommages et intérêt par le jury de San Francisco. Pourtant, quelques mois plus tard, la juge en charge des débats est revenue sur la sentence et a décidé de réduire l’indemnisation à 78 millions de dollars.

Crédits photo : JOSH EDELSON / AP

Depuis le mois de juillet, Dewayne Johnson, jardinier étasunien, est engagé dans une lutte judiciaire contre Monsanto, le géant multinational de l’agrochimie, célèbre pour avoir inventé l’agent orange et pour les scandales sanitaires à répétition à l’échelle internationale dont il est responsable. Atteint d’un cancer en phase terminale, Dewayne Johnson avait imputé sa maladie à l’utilisation massive du RangerPro, la version professionnelle du RoundUp, l’herbicide produit par Monsanto. Le jury de San Francisco, lui avait donné raison en août et avait condamné Monsanto à lui verser 289 millions de dollars de dommage et intérêts. Pourtant, ce lundi 22 octobre, la juge en charge de l’affaire a reconsidéré la sommes et a décidé de la réduire à 78 millions de dollars.

Le cas de Dewayne Johnson n’est pas isolé. Des centaines d’accusations de maladies de la peau et de cancers liés à l’utilisation de glyphosate (la molécule qui compose le Round Up), sont répertoriés dans le monde entier, notamment chez les agriculteurs. Des milliers d’autres plaintes contre Monsanto sont en cours de traitement, plus de 5000 seulement pour les États-Unis. Si cette fois-ci le géant de l’agrochimie a été traîné devant les tribunaux états-uniens c’est parce que la loi californienne oblige la justice à organiser le procès avant le décès du plaignant.

Si les avocats de Johnson ont célébré le maintien du verdict sur le fond, jusqu’au 7 décembre le plaignant pourra s’il le souhaite refuser la décision de la juge. Dans ce cas, une nouvelle date sera fixée pour revenir sur le montant des dommages réclamés à Monsanto. L’enjeu du procès consiste notamment à ce que la nocivité du Round’Up soit reconnue, afin que le cas de Johnson puisse faire jurisprudence. Cela permettrait à d’autres victimes d’obtenir gain de cause. C’est pourquoi Monsanto-Bayer a l’intention de faire appel et de mettre en avant les résultats des recherches, que la firme en cause à elle-même financées et qui nient en bloc la dangerosité du glyphosate. Ils cherchent ainsi à sauver leur image déjà ternie par tous les témoignages dénonçant la nocivité de leurs produits.

Dans ce sens, la décision de la juge visant à réduire presque de 3/4 la somme des dommages et intérêts, au prétexte qu’elle est excessive – pour une multinationale qui a fait 1,46 milliard de dollars de profits depuis le début de l’année 2018 ! – n’est qu’un moyen pour la justice de protéger l’image de ce géant états-unien.




Mots-clés

Santé   /    Ecologie   /    Etats-Unis   /    Monde