^

Notre classe

Mercredi 18 avril à 18h

Montpellier. 4 raisons de participer au meeting de convergence contre Macron et son monde

Mercredi se tiendra à 18h à l'université Paul Valéry de Montpellier un meeting concert de convergence des luttes contre Macron et son monde. Il rassemblera étudiants, cheminots, enseignants, travailleurs du privé, de la poste, avocats, lycéens, autant de secteurs actuellement en lutte contre la politique antisociale et répressive du gouvernement Macron. S’ensuivra un concert avec la fanfare Kador et Namas Pas Mouz. Une garde d'enfants sera prévue sur place pour permettre aux familles de participer.

Évènement Facebook

1. Pour monter que nous ne sommes ni une bande d’agités, ni des privilégiés

Depuis des semaines, le gouvernement et ses relais médiatiques ont entamé une large campagne pour décrédibiliser les mobilisations en cours. Des mensonges concernant les conditions de travail et salaires des cheminots à la criminalisation et l’infantilisation des étudiants qualifiés de bandes d’agitateurs professionnels souhaitant des « diplômes en chocolat », en passant par la rhétorique de la « prise d’otages », nous devons faire entendre la voix des secteurs en lutte ! Le meeting sera l’occasion de faire entendre nos revendications, leur légitimité, pour regagner en confiance et en dignité, pour remporter la campagne de l’opinion publique !

2. Parce que l’université doit être un lieu ouvert à toutes et tous, aux travailleurs et à leurs luttes

Si les étudiants se battent aujourd’hui contre un projet de loi qui va renforcer la sélection sociale à l’université, ils ne se satisfont pas du système actuellement en place, d’ores et déjà élitiste, où seulement 10% des étudiants sont enfants d’ouvriers. Des cours substitutifs se tiennent toutes les semaines dans la fac occupée, auxquels tout le monde est convié. Le meeting doit servir à informer largement des luttes en cours, mais aussi à faire de la fac un porte voix à celles et ceux à qui on ne donne jamais la parole.

3. Parce qu’à Montpellier plus encore qu’ailleurs, il faut faire front face à la répression

Les étudiants de Paul Valery sont actuellement sous le coup d’une menace d’expulsion imminente, brandie par la présidence de l’université et la préfecture. Eux qui ont déjà subi une lourde répression fasciste et policière depuis le début de la mobilisation, à l’image de la manifestation de samedi lors de laquelle plusieurs dizaines de personnes ont été interpellées et passées à tabac, se voient une nouvelle fois menacés dans le foyer même de la mobilisation. Pour y faire face, il faudra faire front avec tous les autres secteurs en lutte, sur lesquels les mêmes matraques s’abattent, sans distinction, alors que la direction de la SNCF menace de faire appel à la gendarmerie pour réquisitionner les grévistes, que les cortèges syndicaux se font gazer, et que les syndicalistes combattifs se font licencier pour avoir défendu leurs droits. La meilleure des garanties d’éviter une expulsion policière est d’y faire réfléchir à deux fois la préfecture, en étant des centaines de jeunes, de salariés, de fonctionnaires à participer à la soirée. Les recettes de l’événement serviront à la défense juridique des camarades réprimés.

4. Parce que nous pouvons faire tomber Macron et son plan d’attaques, et que pour cela les luttes doivent converger

Le gouvernement, qui attaque tous azimuts le monde du travail et la jeunesse, ne représente qu’une minorité de la population et n’a été élu que par 18% des inscrits. Si Macron réprime, c’est parce qu’il est sur la défensive, qu’il sait que la colère peut converger et le faire redescendre sur terre, lui qui veut se faire « Jupiter ». C’est dans cette perspective-là que s’inscrit ce meeting, qui sera suivi d’un moment festif et convivial avec la tenue de concerts, pour pouvoir renforcer autour d’un verre les liens tant nécessaires aux luttes d’aujourd’hui et de demain.

Autant de raisons pour venir nombreuses et nombreux à ce meeting-concert et de multiplier, partout où cela est possible, ce genre d’initiatives !




Mots-clés

Lutte des classes   /    Grève   /    Montpellier   /    Université   /    Notre classe