Société

Rapt policier sous état d’urgence

Montpellier. Arrestation sans motif de Jules, militant contre la loi travail

Publié le 18 novembre 2016

Hier jeudi 17 novembre à Montpellier, Jules Panetier a été arrêté en pleine rue et sans motif, puis placé en garde-à-vue. Militant contre la loi travail et son monde pendant la mobilisation du printemps, Jules avait alors déjà été la cible du harcèlement et des mensonges policiers, qui avaient conduit à sa condamnation à deux mois de prison pendant l’été. L’arrestation arbitraire dont il a été victime hier est un symptôme de plus de l’accroissement des violences policières et du niveau de répression qu’ont à subir les militants dans la période actuelle. Nous reproduisons ici le communiqué publié sur Le Pressoir et repris sur le blog du NPA34.
Un rassemblement de soutien est appelé aujourd’hui vendredi 18 novembre, à 19h30, à l’arrêt de tram Voltaire (ligne 3).

Dom Thomas

Communiqué suite à l’arrestation d’un de nos camarades ce jeudi 17 novembre 2016


Aujourd’hui jeudi 17 novembre 2016, la police l’a interpellé en pleine rue vers 17h en centre-ville : sans aucun motif, plusieurs flics en uniforme lui ont demandé de les suivre et l’ont emmené au commissariat où il a été mis en garde à vue.
Soyons nombreux-ses pour soutenir Jules à 19h30 à l’arrêt de tram Voltaire (ligne 3) le vendredi 18 novembre 2016.
Militant actif dans la lutte contre la loi travail et contre l’état d’urgence depuis des mois, notre camarade Jules Panetier fait parti des trop nombreuses victimes de la criminalisation des mouvements politiques. Il a refusé de faire profil bas après une lourde condamnation cet été et a maintenu son engagement et sa présence dans les luttes. Aujourd’hui la police l’a interpellé en pleine rue vers 17h en centre-ville : sans aucun motif, plusieurs flics en uniforme lui ont demandés de les suivre et l’ont emmené au commissariat où il a été mis en garde à vue.
Nous ne savons pas encore de quoi il est inculpé mais ce que nous savons c’est que depuis des semaines des policiers en uniforme ou en civil harcèlent notre copain dans la rue, tentent de l’intimider, voire le menacent ouvertement d’un nouvel emprisonnement.
Encore une fois et dans un climat particulièrement puant avec les manifs de flics qui s’enchaînent, la police montre son vrai visage celui de l’arbitraire et de l’abus de pouvoir !

Liberté pour tous les prisonniers ! Stop au harcèlement de rue ! Désarmons la police !


Soyons nombreux-ses pour soutenir Jules à 19h30 à l’arrêt de tram Voltaire (ligne 3) le vendredi 18 novembre 2016.