^

Notre classe

Etudiants et cheminots défilent dans un même cortège

Montpellier. Plus de 2000 personnes dans la rue hier contre les réformes de Macron

Ce jeudi 19 avril à 14h au départ du Peyrou, à Montpellier, c’est plus de 2000 personnes qui se sont rassemblées. Cheminots, fonction publique, hôpitaux, étudiants, enseignants ainsi que d’autres secteurs en lutte ont répondu présents.

Paul Rolland

Ce jeudi 19 avril, à Montpellier comme dans d’autres villes, avait lieu la manifestation de convergence des luttes à l’appel de la CGT et de la fédération SUD-Solidaire. 130 cortèges ont défilé partout en France. Sur Montpellier, c’est plus de 2000 personnes qui ont manifesté, accompagnées d’organisations syndicales et politiques, de collectifs, etc… . Il faut cependant reconnaître que le chiffre est légèrement en baisse, comme on pouvait le constater dans le cortège étudiant notamment, qui a rassemblé environ 200 personnes – ce qu’on peut expliquer par la pression mise sur les étudiants par Patrick Gilli, président de l’université Montpellier 3, qui organise des partiels à distance depuis plusieurs jours, en bonne partie dans le but d’affaiblir le mouvement.

Alors qu’un meeting de convergence a eu lieu deux jours avant dans l’université occupée de Paul-Valéry, rassemblant différents secteurs à la tribune comme les cheminots ou les postiers, la manifestation du 19 avril est une première démonstration de rue également placée sous le signe de la convergence. Le meeting a été un moment d’échanges qui a permis de tisser des liens, et s’est soldé dans la manifestation par un cortège réunissant cheminots de Sud Rail, étudiants, enseignants et personnels universitaires.

Malgré les premières réussites de convergence des luttes qu’ont été le meeting comme la manifestation, ce n’est qu’un début. Et ces liens sont d’autant plus importants dans un contexte de division syndicale, qui s’est illustré par exemple à la manifestation entre Solidaire et la CGT par une absence de prise de parole commune pour faire le bilan de la journée et engager à poursuivre le mouvement, qui s’est faite ressentir.

A l’approche des vacances d’été il est urgent de renforcer le lien entre les différents secteurs mobilisés, comme les étudiants et les cheminots, pour trouver les clefs de communication et de mobilisation qui permettront de relancer une dynamique locale de massification du mouvement. Pour le secteur universitaire, une AG est déjà prévue le 2 mai afin de construire la suite du mouvement.

Crédit photo : Le Poing Info




Mots-clés

Bataille du rail   /    Plan Etudiants   /    mouvement étudiant   /    Manifestation   /    Cheminot-e-s   /    Montpellier   /    Emmanuel Macron   /    SNCF   /    Notre classe